En lisant Montaigne (25)

(…) il y devrait avoir quelque coercition des lois contre les écrivains ineptes et inutiles, comme il y a contre les vagabonds et fainéants (…) L’écrivaillerie semble être quelque symptôme d’un siècle débordé.

Les Essais, Livre III, chapitre IX, De la vanité, Nouvelle Librairie de France, 1962, tome V, page 82.

“Mediocribus esse poetis
non homines, non di, non concessere columnæ.”

[aux poètes, d’être médiocres, ni les hommes ni les dieux ne l’ont permis, ni les boutiques (les piliers) des libraires]

Horace, L’Art poétique, Anthologie bilingue de la poésie latine, Bibliothèque de la Pléiade, 2020, page 357.

Cet article a été publié dans Littérature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s