En lisant Julien Gracq (19)

« Comme on entre dans les rangs de vigne lorsqu’approchent les vendanges, soulevant ça et là le pampre pour découvrir, tâter et goutter les grappes, écraser un grain, plus ou moins poisseux aux doigts, j’ai souvent échantillonné au préalable les livres, surtout les livres un peu gros, rarement trompé sur ce que promet la récolte. Le livre dans sa masse n’a pas encore libéré le courant jaillissant de la lecture, que le grapillage a presque tout dit sur la physionomie du cru, ou du moins sur sa teneur en alcool. »

Julien Gracq, Nœuds de vie, Éditions José Corti, 2021, page 93.

Cet article a été publié dans Littérature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s