En lisant Julien Gracq (11)

On se préoccupe toujours trop dans le roman de la cohérence, des transitions. La fonction de l’esprit est entre d’autres d’enfanter à l’infini des passages plausibles d’une forme à une autre: c’est un liant inépuisable. Le cinéma du reste nous a appris depuis longtemps que l’œil ne fait pas autre chose pour les images. L’esprit fabrique du cohérent à perte de vue. C’est d’ailleurs la foi en cette vertu de l’esprit qui fonde chez Reverdy la fameuse formule: « Plus les termes mis en contact sont éloignés dans la réalité, plus l’image est belle. »

Julien Gracq, Lettrines, Éditions José Corti, 1967, pages 40/41.

En lisant Julien Gracq (1)

Cet article a été publié dans Littérature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s