En lisant les Anciens (23)

De Rerum Natura

« La vie des hommes, aux yeux de tous, était là gisant
à terre, oppressée sous la lourdeur de la religion
qui, depuis le ciel dardait sa tête
dressée au-dessus des mortels, vision horrible,
quand pour la première fois un homme, un Grec*, osa lever contre elle
ses yeux de mortel, et le premier faire front contre elle.
Ni la réputation des dieux, ni la foudre, ni le ciel au menaçant
grondement ne l’arrêtèrent; mais ils excitent (sic) d’autant plus la vertu aiguisée de son âme,
au point qu’il désira briser
les verrous serrés des portes de la nature, le premier.
Ainsi la force efficace de son esprit a vaincu;
au-dehors il s’est avancé loin hors des murailles flambantes du ciel,
et il a parcouru le tout immense par l’âme et par l’esprit,
d’où il nous rapporte en vainqueur ce qui peut naître,
ce qui ne le peut,
selon quelle raison enfin une puissance définie est attribuée à chaque chose,
ainsi qu’une borne profondément plantée.
Par quoi la religion est soumise à nos pieds et la voici à son tour écrasée,
et la victoire nous élève jusqu’au ciel.

Lucrèce, De la Nature des choses, Anthologie bilingue de la poésie latine, Bibliothèque de la Pléiade (2020), Livre I, page 191.

* Épicure

Traduction en vers par André Lefèvre, 1899, Livre I, vers 71 à 90.

Longtemps dans la poussière, écrasée, asservie,
Sous la religion l’on vit ramper la vie;
Horrible, secouant sa tête dans les deux,
Planait sur les mortels l’épouvantail des dieux.
Un Grec*, un homme vint, le premier dont l’audace
Ait regardé cette ombre et l’ait bravée en face;
Le prestige des dieux, les foudres, le fracas
Des menaces d’en haut ne l’ébranlèrent pas.
L’obstacle exaspéra l’ardeur de son génie.
Fier de forcer l’accès de la sphère infinie,
Des portes du mystère il perça l’épaisseur,
Et, dépassant de loin par un élan vainqueur
Les murailles de flamme et les voûtes d’étoiles,
Sa pensée embrassa l’immensité sans voiles.
De son hardi voyage il nous a rapporté
La mesure et la loi de la fécondité,
Et quel cercle émané de leur intime essence
Des êtres à jamais circonscrit la puissance.
Il pose sur l’erreur son pied victorieux;
La religion croule et nous égale aux dieux!

Cet article, publié dans Culture, Littérature, Poésie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s