En lisant Montesquieu (1)

« L’étude a été pour moi le souverain remède contre les dégoûts, n’ayant jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture ne m’ait ôté. »

Montesquieu (1689-1755), Cahiers (1716-1755), Éditions Bernard Grasset, 1941, page 3.

(…) Les connaissances rendent les hommes doux; la raison porte à l’humanité: il n’y a que les préjugés qui y fassent renoncer.

Montesquieu, De l’Esprit des lois, 1748, Livre XV, chapitre III, Club Français du Livre, collection Les Portiques, page 292.

Cet article, publié dans Culture, Littérature, Philosophie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s