En lisant Pascal (24)

On ne voit presque rien de juste ou d’injuste, qui ne change de qualité, en changeant de climat. Trois degrés d’élévation du pôle renversent toute la jurisprudence. Un méridien décide de la vérité, ou peu d’années de possession. Les lois fondamentales changent. Le droit a ses époques. Plaisante justice qu’une rivière ou une montagne borne! Vérité au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà.

Blaise Pascal, Pensées, Éditions L. de Bure, 1823, Faiblesse de l’homme; incertitude de ses connaissances naturelles, Tome I, Article VI, ch. VIII, page 98 (classification Brunschvig: n°294)

Cet article, publié dans Culture, Philosophie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s