En lisant Pascal (11)

(classification Brunschvicg)

146. L’homme est visiblement fait pour penser; c’est toute sa dignité et tout son métier [mérite]; et tout son devoir est de penser comme il faut. Or, l’ordre de la pensée est de commencer par soi, et par son auteur et sa fin.
Or, à quoi pense le monde? Jamais à cela; mais à danser, à jouer de luth, à chanter, à faire des vers, à courir la bague, etc., à se battre, à se faire roi, sans penser à ce que c’est qu’être roi et qu’être homme. (correspondance classification Guersant, 1957, n° 227)

365. Pensée. – Toute la dignité de l’homme est en la pensée. Mais qu’est-ce que cette pensée? Qu’elle est sotte!
La pensée est donc une chose admirable et incomparable par sa nature. Il fallait qu’elle eût d’étranges défauts pour être méprisable; mais elle en a de tels que rien n’est plus ridicule. Qu’elle est grande par sa nature! qu’elle est basse par ses défauts!

(correspondance classification Guersant, 1957, n° 216, collection Les Portiques, page 79)

Série Pascal de 1 à 10.

Cet article, publié dans Culture, Littérature, Philosophie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s