En lisant Michel Chaillou

La grande œuvre saisit la langue à la gorge. Il faut que le ciel de la langue soit préservé pour que les œuvres y pendent. Les œuvres du passé appartiennent à notre futur.

Michel Chaillou, Journal (1987-2012), Fayard, 2015, page 47.

La littérature, c’est le français de toutes les langues.

Michel Chaillou, Journal (1987-2012), Fayard, 2015, page 55.

J’aimerais débarrasser la langue de ces putains d’histoires ou du moins qu’elle me raconte la sienne, celle du monde qui bute aux croisillons des syllabes. Qu’il y ait une histoire ou pas, l’important c’est le tuf, le sous-dit, le non-dit, ce qui s’énonce verticalement à ce qu’on dit. (…) Je dis, je ne raconte pas, au lecteur de raconter.

Michel Chaillou, Journal (1987-2012), Fayard, 2015, page 144.

Cet article, publié dans Culture, Littérature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s