En lisant Pascal (9)

(109*) Ceux qui jugent d’un ouvrage sans règle sont à l’égard des autres comme ceux qui ont une montre à l’égard des autres. L’un dit: « Il y a deux heures. » L’autre dit: « Il n’y a que trois quarts d’heure. » Je regarde ma montre et je dis à l’un: « Vous vous ennuyez »; et à l’autre: « Le temps ne vous dure guère; car il y a une heure et demie. » Et je me moque de ceux qui disent que le temps me dure à moi et que j’en juge par fantaisie; ils ne savent pas que j’en juge par ma montre.

* édition Guersant (n° 5 de l’édition Brunschvicg)

Cet article, publié dans Culture, Littérature, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s