En lisant Claude Louis-Combet (5)

À la fin comme au commencement, la même vacuité englobe le projet. La même obscurité rend l’entreprise tout à fait désespérée. Et cependant il ne peut y en avoir d’autre. L’homme d’écriture n’a pas d’autre chemin à poursuivre que celui qui le mène, d’un texte à l’autre, de l’absence à l’absence. Avant d’entrer dans cette œuvre de langue à laquelle il s’est voué, il était dans l’ignorance de ce qui se préparait en lui. Mais il lui arrivait de trembler de désir à la pensée que l’écriture lui ouvrirait peut-être l’accès à son propre cœur et que, à défaut de multiplier les expériences sur la terre des vivants, cette longue patience tout entière engagée dans le champ du verbe lui révélerait quelque arcane de son existence — un essentiel secret touchant à l’origine et à la signification. Mais au terme de tant d’opérations — ayant œuvré toute sa vie d’homme, s’étant obstiné au même sillon aussi longtemps que le temps durait, c’est la même opacité qui demeure, le même silence dans lequel sont en puissance les mots à venir. Il semble vraiment que tout reste à dire — mais on sait aussi que cela ne servirait à rien de le dire. L’œuvre est née d’une parole impossible. Elle s’achève dans la même impossibilité. Tout ce qui fut écrit ne le fut que pour repousser l’instant de cette évidence. Il en va du texte comme de l’amour: son centre le fuit à mesure qu’il le serre. En cet écart s’inscrivent, sans raison, l’œuvre et la vie.

Claude Louis-Combet, Le nécessaire échec, dans Miroirs du texte, Deyrolle Éditeur, pages 26/27.

Cet article, publié dans Culture, Littérature, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s