En lisant Nietzsche (1)

« AURORE », Livre premier
1

RAISON ULTÉRIEURE. — Toutes les choses qui vivent longtemps sont peu à peu tellement imbibées de raison que l’origine qu’elles tirent de la déraison devient invraisemblable. Le sentiment ne croit-il pas au paradoxe et au blasphème chaque fois qu’on lui montre l’histoire exacte d’une origine? Un bon historien n’est-il pas, au fond, sans cesse en contradiction avec son milieu?

Aurore, réflexions sur les préjugés moraux, Livre Premier, I, Mercure de France, volume 7, 1901, traduction par Henri Albert.

Publicités
Cet article, publié dans Culture, Littérature, Philosophie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s