De la stigmatisation 2

Pour en finir avec la stigmatisation, il importe de rappeler, qu’en d’autres temps, notre république a su stigmatiser avec une certaine brutalité et que si je vis aujourd’hui dans une société laïque, c’est à certains excès que je le dois.

Or ce n’est pas un hasard si, dans le contexte actuel, les calotins de tout poil (cf. manif pour tous) relèvent un peu la tête et la tentation de quelques pleutres ou nostalgiques de retoquer et d’infléchir les lois de 1905 pour complaire aux méchants me préoccupe beaucoup. J’écoutais l’autre jour, sur France Culture (la Grande Table, 15/01), un débat autour de ce thème et je me suis réjoui d’entendre Henri Pena-Ruiz rappeler que la question n’était pas d’octroyer aux musulmans les mêmes droits qu’aux catholiques mais de priver ceux-ci des privilèges qu’ils ont conservés envers et contre tout. Alors, enfin, pourra-t-on parler de respect de la laïcité.

Non à la stigmatisation ? Bof, ma… foi.

1905

CowboyCowboy

Publicités
Cet article, publié dans Censure, Culture, Divertissement, Media, Politique, Religion, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour De la stigmatisation 2

  1. michèle Durand-Vallade dit :

    Je crois n’avoir jamais vu autant de rabbins et d’imams en quelques heures d’exercice télévisuel. Serait-il utile de rappeler, qu’en dehors des conventions d’usage, les croyances sont des archaïsmes absurdes, hérités d’époques obscures, et que Dieu, Yaveh, ou autres éponymes, n’ont guère plus de valeur que le père Noël (cf charia sur le père noël) ou la petite souris. Je suis consternée par le fait qu’aucun débat ne prenne en compte l’irréalité, quand bien même seraient-elles majoritaires, des croyances…

  2. michèle Durand-Vallade dit :

    Je me dois de rectifier qu’il ne s’agit en aucun cas d’une charia mais d’une fatwa, et qu’elle n’exerce pas sa loi sur les Pères Noël, mais sur les bonshommes de neige. Honte à moi… cependant la confusion est aisée… père Noël et bonhomme de neige se rejoignant dans une réalité tout aussi fondante. Par chance, aucun esprit sacrilège n’aurait osé une représentation de la petite souris. Ouf, nous l’avons échappé belle…

    • Cowboy dit :

      N’ayez pas honte, l’esprit de votre propos est clair et c’est ce qui compte.
      Pour l’anecdote, je vous rappelle que le Père Noël n’a pas toujours été épargné par les bondieusards puisque (vous pourrez aisément vérifier) le 23 décembre 1951, son effigie était brûlée sur le parvis de la cathédrale de Dijon (à l’initiative du clergé local, bien sûr). Même si je me vois mal « partir en croisade » sur ce blog pour défendre la dignité du Père Noël, ce vieil épisode, presque cocasse, est une preuve supplémentaire (mais n’en jetez plus, la cour est pleine) que c’est de tous les fantasmes, de tous les délires religieux, qu’ils soient criminels ou simplement grotesques, que nous devons nous affranchir une bonne fois pour toutes.
      Cordialement. C.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s