Vendredi 13

arbaleteJe n’ai ni les moyens ni l’envie de vérifier mais je gage qu’il y aura plus de gens pour acheter aujourd’hui un billet de Loto qu’il n’y en avait dans la rue mardi dernier. Ça en dit long sur la bonne santé mentale d’un peuple. J’avais suivi la chronique d’un échec annoncé et j’ai suivi, entendu, écouté jusqu’à l’écœurement les réactions des serfs volontaires. Encore une fois, plus je vieillis et plus je fais mien cet aphorisme de Cioran (moult fois cité ici) : “D’aussi loin qu’il me souvienne, je n’ai fait que détruire en moi la fierté d’être homme. Et je déambule à la périphérie de l’Espèce, comme un monstre timoré, sans assez d’envergure pour me réclamer d’une autre bande de singes”. Exit donc mes vaines divagations sur la question des retraites. Je ne reviens pas pour ça.

Pour la Syrie ? Pas davantage. D’autant plus que s’éloigne la menace des frappes. Même si… personnellement… j’avoue… j’étais un peu tenté. Ne serait-ce que pour la beauté du spectacle, pour ces plans incroyables que CNN nous aurait offerts dans le viseur des vengeurs ailés. Et puis, faut bien reconnaître que l’Assad, c’est un méchant, non ? Bref, on a senti le vent du boulet mais, au bout du compte, la raison semble devoir l’emporter. On respire.

Quoique… Parce que c’est vrai… la convention de Genève, c’est bien joli mais franchement… Je suis allé consulter la liste des armes interdites. Par curiosité. Le nom complet de la convention, c’est : Convention sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi de certaines armes classiques qui peuvent être considérées comme produisant des effets traumatiques excessifs ou comme frappant sans discrimination. (“Produisant des effets traumatiques excessifs”. J’adore. Il n’y a que des juristes pour trouver ça).

Bon, je vous épargne l’inventaire (suivez le lien) mais c’est dingue. C’est le fleuron de la technologie militaire qui est mis à l’index. Heureusement que les bellicistes de tout poil ont la sagesse et le discernement suffisants pour faire une lecture laxiste de cette convention. Sinon, c’est la guerre elle-même qui, à terme, serait menacée.

Non, il est grand temps de procéder au dépoussiérage d’un bout de papier signé sous le coup de l’émotion et à l’instigation de quelques pacifistes bêlants. Il y a eu, certes, des actualisations sages, mais elles demeurent marginales. Ainsi Assad sera-t-il content d’apprendre qu’il peut désormais équiper impunément ses troupes d’arbalètes, cette arme redoutable qui, frappée d’anathème par le IIème concile de Latran, en 1139, est enfin rentrée dans les bonnes grâces de l’art de la guerre. Rien à dire sur la Syrie, donc.

paradis_05-40Non, ce billet est motivé par la tentation d’un retour vers la fiction, refuge ultime loin d’un monde dont la fréquentation m’afflige chaque jour davantage. J’ai lu ou parcouru bon nombre des publications de la rentrée, bon nombre me sont tombées des mains et je me fixe ici un objectif modeste : faire vendre, ne serait-ce qu’un seul exemplaire de “Paradis 05-40” de Charles Dellestable, chez Jean-Claude Lattès. Pour moi, c’est un régional de l’étape littéraire, un compatriote dont j’ai acheté le roman presque par obligation, avec cette condescendance malsaine qui vous fait penser que votre voisin ne peut pas être Marcel Proust. Or “Paradis 05-40” est un vrai bon roman, impeccablement construit, fort bien écrit, sans gras ni fioritures superflus, avec des personnages attachants et qui part d’une idée originale (comment parler de l’insouciance dans le contexte de l’exode de mai-juin 40 ?), une idée qui aurait pu être de mauvais goût mais que la plume dégourdie de Charles Dellestable traite avec tact, intelligence et humour. Bref…

C’est pas seulement à Paris
Que le talent fleurit,
Nous au village aussi l’on a,
De bons écrivains, na !

Cowboy

Publicités
Cet article, publié dans Culture, Divertissement, Littérature, Politique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Vendredi 13

  1. Ejy Crevanfos dit :

    Vendu !
    Comme je sais que vous êtes toujours de bon conseil, Cowboy, et que je partage largement vos opinions, je viens de le commander d’un clic ( accompagné du « vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » de Jonas Jonasson… )
    Figurez-vous que ce Vendredi 13, je viens justement d’organiser un petit pot très informel (sans discours barbant évidemment ) pour mon départ..en retraite.( voila un billet de loterie gagnant ! )

    • Cowboy dit :

      Je suis très flatté de votre démarche et je vais derechef en informer l’auteur que j’ai l’honneur de croiser, de temps en temps, chez mon libraire. Ma recommandation relève évidemment en priorité d’une volonté de soutenir la production littéraire locale. Il n’en demeure pas moins que je considère ce texte comme une vraie réussite. Intelligent, sensible et plein d’humour, il mériterait largement la place qui ne lui est pas accordée sur les présentoirs de rentrée. J’y ai trouvé Marie Darrieussecq dont le dernier titre ne m’a guère convaincu, Jean-Philippe Toussaint dont le quatrième opus sur Marie, « Nue », m’a laissé un peu sur ma faim (même si je tiens toujours cet auteur en grande estime)… et quelques autres qui ne me laisseront pas un souvenir impérissable. Entre deux nouveautés, je retourne à J.J. Rousseau et à Proust qui, à chaque fois, me découragent de tracer moi-même la moindre ligne. Mon vrai dernier coup de cœur remonte à un livre déjà ancien (mais quel coup de cœur !!!) : « les chaussures italiennes » de Hennig Mankell (plus connu pour son œuvre policière). Un petit chef-d’œuvre.
      Sinon… retraite, dites-vous ? J’enrage. Les retraités me harcèlent, m’envahissent et me narguent Ils sont partout autour de moi, je les sens, je les vois qui ricanent. Enfant précoce, j’en paie aujourd’hui le prix : je ne connais plus que des… vieux. Je sens que les 16 mois qui me séparent de ma propre « libération » vont être un véritable chemin de croix…
      Allez, je suis bon prince, je vous souhaite tout le bonheur possible dans votre nouveau statut. Je suis persuadé que vous saurez profiter et faire bon usage de ce temps accordé.
      C.

  2. bob dit :

    Me promenant par hasard, ou par un souvenir tenace de la vivacité passée de ce blog, je vois notre, mon ?, cow-boy touché par la modestie et l’humilité face à nos grands écrivains, qui eux n’en avaient guère.
    Allons Cow-boy, laissez-vous aller et pondez donc ces lignes que les sursauts qui vous animent au long de ce blog laissent entrevoir !
    La présomption est la meilleure alliée de la littérature, bien plus qu’une lucidité trop confortable.
    Et si c’est mauvais, voire pire, médiocre, sachez que l’humilité est, à mon, humble ?, avis bien plus dans dans le fait d’aller au bout de soi que dans le renoncement.
    A moins que cela ait été tenté, et qu’une œuvre ait vu le jour ? ce qui rendrait ma leçon un peu ridicule, voire légèrement dérisoire, ce qui n’est pas tout à fait à exclure dans tous les cas de figure…

    • Cowboy dit :

      Vous êtes bien généreux, Bob. Mais quand bien même vous ne le seriez pas, sachez que je reçois toujours de vos nouvelles avec le même plaisir. Et vous me feriez presque regretter de n’être pas davantage présent sur cet espace pour en profiter plus souvent.
      Quant à la modestie ou/ et l’humilité que m’inspirent les grands noms de la littérature, avouez que c’est bien la moindre des choses.
      Sans compter qu’en me relisant, je m’aperçois que je suis un sacré faux derche (« qui, à chaque fois, me découragent de tracer moi-même la moindre ligne » sic) car, diable, je ne m’en prive pas. Simplement, j’envisage ce qui émane de moi avec toute la lucidité qui s’impose. Et si elle venait à me faire défaut, je conserve (à toutes fins utiles) les quelques lettres, fort courtoises et encourageantes, que m’ont adressées les rares et prestigieux éditeurs qui ont eu le privilège de parcourir mes « raclures » :-).
      Bien à vous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s