Recyclage

Devant les avancées… « considérables » que connaît la condition féminine, dans ce pays comme dans le monde, il est devenu de tradition ici de publier mon hommage à cette belle cause (hommage inchangé et déjà publié les 8 mars 2007 et 2010). Le voici à nouveau :

Journée des femmes

Ce matin, au p’tit déj’, pendant que F., ma compagne, beurrait mes tartines, je lui ai fait une proposition qui –soit dit sans me vanter– l’a touchée. Enfin… je crois.

“Tu sais c’que tu devrais faire aujourd’hui ? Tu devrais prendre en charge la chronique du blog.

– Quoi !!!????

– Mets pas tant de beurre, nom de Dieu ! Aaaaahhhh, c’est pas possible ça !!! Tu le sais pourtant. Ça fait 30 ans que je le dis mais… rien à faire.

– Excuse-moi.

– Oui, bon, ça va. Non, je DISAIS que tu pourrais prendre en charge la chronique du blog. Aujourd’hui.

– Ça va pas la tête, non ?

– Mais si… j’veux dire… ne serait-ce que… symboliquement. C’est “la journée internationale des droits de la femme” après tout et… je pensais que… enfin… ça serait bien si…

– Si tu savais où j’me la mets la “journée internationale des droits de la femme” !!!

– Oui, bien sûr… Moi aussi, je sais que c’est pipo. N’empêche que ça existe. Et c’est l’occasion d’envoyer des messages forts… surtout en période électorale.

– Tu parles ! J’ai pas l’temps et… d’toute façon, c’est pas mon truc.

– OK, je sais qu’c’est pas ton truc. J’pourrais l’faire d’ailleurs. Et j’te promets que si je me lâche, les machos, je vais t’leur en mettre plein la gueule. J’ai deux ou trois idées qui me trottent et la chronique, crois-moi, elle ferait du bruit. N’empêche que ça serait bien… pour une fois… qu’une voix de femme s’élevât… Et puis tu vois venir le truc… Si c’est moi qui m’y colle, ça va gueuler à la récup’. J’les connais les viragos !

– Oui, eh ben, écoute, tu fais comme tu veux, mais moi, j’ai pas l’temps. C’est mon seul jour de repos de la semaine et j’ai de quoi m’occuper. Regarde, il a l’air de vouloir faire beau et j’ai deux lessives qui attendent. Y a intérêt à en profiter. Et puis j’ai du repassage et le ménage à faire. Regarde la maison, c’est une vraie porcherie. Sous le lit, y a des moutons gros comme ça (NDLR : je rapporte mot pour mot ; j’ai, moi aussi, relevé une petite incohérence dans la métaphore animalière de F. mais je n’ai rien dit. Par tact. F. est une fille de la ville…). J’ai aussi des courses à faire et à prévoir ce qu’on va manger à midi et ce soir. C’est quand même pas toi qui va le faire, si ?

L’argumentaire était béton. Des fois, j’aimerais avoir sa repartie. En tout cas, je n’ai pas insisté. D’autant plus qu’en passant un doigt sur le buffet, j’ai bien été obligé de constater qu’elle n’avait pas tout à fait tort. Comme elle dit souvent : “Qu’est-ce que ça se salit vite !”

J’ai fini mes tartines et je suis allé m’installer dans le bureau. J’ai regardé passer quelques autos dans la rue. Comme ça, histoire de tuer le temps. Puis j’ai levé les yeux vers le ciel. C’est vrai qu’on allait avoir une belle journée. J’ai fermé la porte, à cause du vrombissement de l’aspirateur et je me suis assis au clavier. On allait voir ce qu’on allait voir !!! Je ne supporte pas l’injustice. Si F. ne pouvait faire entendre sa voix, je serais son porte-parole. Je me sentais envahi par une sainte colère et investi d’une mission. J’ai commencé à taper deux ou trois phrases pas piquées des hannetons. D’une violence inouïe. Je “tremblais, sentant geindre à cinquante lieues, le rut des Béhémots et les Maelstroms épais”. C’est dire si j’étais colère !!

Et puis, soudain, blocage. Coup de sang. Rage. J’ai sélectionné les trois paragraphes rédigés et pressé, sans remords, la touche “Delete”. Non !! Non !! Et non !! Il ne serait pas dit que je confisquerais, que je m’approprierais une parole qui ne pouvait pas se faire entendre. Il n’y aurait pas de chronique aujourd’hui.

Vive les femmes !

Cowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Recyclage

  1. Hervé dit :

    Ouais d’abord, les femmes sont des inférieures comme des autres, faut pas déconner non plus… 🙂

    • Cowboy dit :

      Mesdames, Mesdemoiselles, très chères lectrices,
      Les coordonnées de Hervé (adresses e-mail et postale) et le numéro d’immatriculation de sa voiture sont disponibles sur simple demande.

  2. Excellent !

    Pour rester dans la perspective électorale du moment – et même si le candidat sortant voudrait maintenant nous apitoyer en nous disant qu’en cas de défaite (il y pense donc ?), il se retirera de la politique, comme Lionel Jospin, son nouveau modèle… – j’oserai la formule suivante :

    ☛ Viragos, oui, mais viragauches !

  3. Julia dit :

    J’adore !

  4. cafardages dit :

    on espère que les tartines étaient bien beurrées !

  5. Bref dit :

    J’ai pensé à vous, hier. Si, si. Vous et votre mâle élégance.
    Mon père au téléphone. Bavardages : le prix du diesel, la cuisine au beurre, la pose prochaine d’un énième stent, son arrêt du tabac, ses performances au bridge…
    Tout à coup, un bruit de moteur parasite la conversation.
    Mon père : « Mais… mais ! Vinzou, mais c’est pas vrai ! Elle passe l’aspirateur ! Monique ! MONIIIIQUE !!! TU VOIS PAS QUE J’SUIS AU TÉLÉPHONE, NON ? »
    Le bruit s’arrête immédiatement. Bafouillis lointain d’excuses.
    – Papa, enfin !
    – Elle le sait qu’elle doit pas passer l’aspirateur quand je téléphone ! Les bretonnes, j’te jure !
    Voix radoucie : « Qu’est-ce qu’on disait » ?

    • Cowboy dit :

      Oui, bon, d’accord… Mais puisqu’elle le sait qu’elle ne doit pas passer l’aspirateur quand il téléphone, vingt dieux ! Combien de fois devrait-il le lui répéter ? Avouez que quand même… à la longue… Sans compter qu’il doit bien y avoir des moments où votre père s’absente, où il sort, nonchalent, profiter du printemps qui s’annonce ou taper un carton au « Joyeux cor de chasse » (ou quel que soit le nom que porte l’estaminet du coin) avec les copains. Que diantre ne saisit-elle ces instants bénis, privilégiés, pour toupiner ?
      Reconnaissez que cette propension qu’ont la majorité des épouses à faire de nous les témoins impuissants (quand ce n’est pas les victimes collatérales) de leur calvaire ménager est un peu indécente, non ?

  6. Synoc Farveje dit :

    Sans compter la super table de repassage avec centrale vapeur et soufflerie qu’on leur a offert en se délestant fébrilement de plusieurs centaines d’euros et qu’elle s’acharne à utiliser devant le film du dimanche soir qui en devient inaudible !

  7. Erance Svojyf dit :

    Près de trois mois de traversée du désert blogosphérique pour le cowboy. C’est Paris, Texas ?

  8. Cowboy dit :

    Trois mois ??? Comme vous y allez !
    Au fait, j’vous ai fait peur… Avouez que je vous ai fait peur. 6 jours pour répondre à votre commentaire… C’est pas le genre de la maison. J’suis sûr qu’vous vous êtes dit : « Merde, il a calenché ». C’est vrai quoi, vous savez que je ne suis pas un perdreau de l’année et… tout peut arriver. Et ben non, même pas mort. Rose et frais. Pleine bourre.
    Dois-je justifier mon silence ? Je gage que vous vous en tapez, mais bon. En 2007, souvenez-vous, j’avais pris une part active dans la campagne présidentielle. Résultat : cinq ans avec un clown à la tête de l’état. On a beau dire que l’expérience est le peigne du chauve, j’ai su me le tenir pour dit. Motus !
    Bon… et puis… c’est comme tout… on se lasse. Franchement, croyez que ça vaut la peine ?
    Bien à vous.

  9. Jova Fynersec dit :

    Heureux de vous savoir en pleine forme.
    Bon ,…ben,….il nous manquera quelques bulles pétillantes dans cette eau courante mais …plate.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s