Tous les Guéant se valent (3)

(suite des billets des 9 et 10 février 2012)

Bon, évidemment, « toto » m’a un peu mis le moral à « zhéros » (cf. commentaires du billet précédent) mais je vais quand même poursuivre. J’essaierai d’être plus mutin… puisque ça marche. Chaque fois que je m’adresse aux zygomatiques, je triomphe, mais dès que je fais mon « culturé », dès que je convoque les fonctions supérieures de mon lectorat, j’importune. Je suis récemment tombé sur la blog roll d’un confrère qui m’avait épinglé sous le label « blogs marrants ». C’est tout dire.

Enfin, quand je dis « plus mutin », faut voir. A l’instar de Posuto, je suis ici chez moi et je fais ce que je veux, ah mais ! Parenthèse : quand Posuto écrit « je suis ici chez moi », en vérité, il veut dire « chez lui », pas « chez moi ». Forcément. Mais quand il lit « chez moi » sur mon blog à « moi », il traduit par « chez lui »… vu qu’il n’est pas « moi ».  Ça va Toto ? Vous m’suivez ? C’est une question de « deixis« . C’est presque aussi amusant que la présupposition. Enfin, bref…

Donc, ce que je voulais dire, c’est qu’on ne peut comparer, et éventuellement juger, que des civilisations passées (cf. sens 2). On enlève la poussière dont le temps les a recouvertes avec un petit pinceau bien fin et on examine à la loupe (pensez aussi à mettre un chapeau sous lequel vous glisserez un mouchoir pour protéger la nuque car il y a toujours du soleil sur les civilisations passées). Bref, on étudie, on prend des notes, on publie des articles et on donne des conférences devant des parterres d’initiés. Bien sûr, vu le temps que ça prend et le boulot que ça donne, on s’attache, on s’emballe et on a tendance à distribuer des triples A rétrospectifs. Mais y a pas de mal à ça.

Anecdote : visitant, en 2003, un site irlandais (berceau, avec notre Bretagne, de la civilisation celte), je me souviens d’un guide cornaquant une poignée de touristes entre les débris granitiques d’un fortin et tentant de convoquer leur admiration devant les vestiges d’un muret en pierres sèches d’un mètre de haut,  datant de… 80 avant Jésus-Christ. Lâchée du bout des lèvres (comme s’il craignait de voir s’écrouler les trois caillasses encore debout), mais avec toute la conviction d’un guide qui connaît son turbin, la révélation de cette prouesse architecturale avait déclenché une salve de « oh » et de chuchotements admiratifs. « Tu te rends compte, chérie… pour l’époque ! » C’est alors que J., mon fils, qui n’en rate pas une, avait lancé à la cantonade : « En 80 avant JC, les Celtes parvenaient à empiler trois cailloux sans mortier pendant que les Romains mettaient la touche finale au Colysée. Chapeau. »

Ainsi, à partir de cet exemple, on pourrait dire, qu’en architecture, la civilisation romaine était nettement supérieure à la civilisation celte. Pourtant, de là à élargir ce jugement particulier jusqu’à l’affirmation que ces deux civilisations ne se valaient pas, c’est une autre paire de manches. Quand on va comparer les systèmes judiciaires, par exemple, on va en chier des ronds d’chapeau pour décerner les bons points. Allez donc décider, entre trois civilisations données, laquelle a atteint le plus haut degré de développement ? Celle qui brûle ses condamnés, celle qui les écorche ou celle qui les écartèle ? Pas facile, hein ? Quel di… quel trilemme !

Tout ça nous éloigne-t-il de l’affaire Guéant ? Oui et non. Et peut-être d’autant moins que sans me moucher du coude, je prétends que le Claude est un lecteur assidu de ce blog (et du TLF). J’en veux pour preuve que pas plus tard qu’hier –et avant son départ pour les Antilles où on lui prépare un bel accueil– il a cru bon de rectifier le tir :

« (…) il y a un malentendu sur le mot de civilisation. (…) Pour moi, une civilisation, ce n’est pas quelque chose qui est figé dans le passé, c’est quelque chose qui évolue, bien évidemment. Et, très clairement, la civilisation française d’aujourd’hui est meilleure que la civilisation française de l’époque à laquelle on autorisait l’esclavage, elle est meilleure que la civilisation française de l’époque où on pratiquait la peine de mort, elle est meilleure que celle à laquelle les femmes n’avaient pas le droit de vote. »

Ah bon, ça me rassure. Développons. Ainsi la civilisation française d’aujourd’hui est-elle meilleure que celle qui vend(ait) des armes aux barbares, les invitait à planter leur tente dans les jardins de l’Elysée en décembre 2007 ou à assister, de la tribune officielle, au défilé du 14 juillet 2008 ? La civilisation française qui voit aujourd’hui dans chaque mouvement de grève une prise en otage de l’usager est meilleure que la civilisation française qui massacrait huit manifestants français le 8 février 1962 à la station de métro Charonne ? Une dernière : la civilisation française qui reçoit six salariés de Lejaby à l’Elysée est meilleure que la civilisation française qui permettait leur licenciement quelques semaines auparavant ? Etc.

C’est fou ce que ça évolue, les civilisations.

(A suivre. Oh… et puis m…, non)

Cowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Culture, Divertissement, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Tous les Guéant se valent (3)

  1. Confy Varjese dit :

    Imaginez, quand, dans 500 ans, on fouillera le cimetière de Neuilly et que l’on trouvera toutes ces Rolex !

  2. michèle dit :

    Vous pourriez expliquer à votre fils, de ma part, vous pouvez dire Tatie Danielle te dit Titi (ou Jacques si vous préférez), ce qu’est la pierre de réemploi.
    Les Celtes ont plus piqué les pierres que les Romains (histoire d’énergie physique, de rage intérieure, de maisons à bâtir pour se protéger des intempéries et tout ça).

    P.S : je ne vous trouve pas marrant ; salopard non plus.
    j’vous trouve aussi triste que moi, j’vous aime bien. c comme ça ; hier soir j’ai regardé la téloche jusqu’à point d’heure, cad ce matin, histoire de cultiver ma tristesse eh ben çà a fort marché, surtout quand j’pense aux petits qui y sont tous les soirs. Misère d’eux.

    Ici, c moins bête que là-bas, mais il en faut peu (ceci n’est pas un compliment).

  3. totolezheros dit :

    la vraie question est : « à quelle civilisation supérieure appartient Nadine Morano ? »

  4. Bref dit :

    Voyons : trois « bref! », trois « convoquer », deux « se moucher du coude », deux « etc », une ribambelle de « bon! »… la forme est « perfectible », non ? Il est peut-être temps de passer la main au fringant fiston. 🙂

    • Cowboy dit :

      Qu’est-ce qu’elle me chante, l’autre ? -oui c’est une « elle » et je transmets son adresse mail sur simple demande 🙂.
      Je crains, chère amie, que, séduite par l’élégance de ma… verve (ou du fait d’un simple déficit cognitif), vous ayez simplement lu (ou dû lire) deux fois (et certains passages trois fois même).
      Je ne détecte en effet qu’une occurrence de « se moucher du coude » et deux « convoquer » (j’avoue une faiblesse pour ce mot). Quant aux « bon », aux « bref » (que vous affectionnez pourtant assez pour en avoir fait un pseudo -et qui ne sont peut-être qu’un appel complaisant à vos commentaires), ils relèvent d’un choix énonciatif assumé et apportent, dans le « style parlé », une once de convivialité et d’humilité de nature à vous rendre accessible un propos exigeant et parfois un peu ampoulé. Pas trop longue, cette phrase, par hasard ?
      Pour ce qui est des « etc. », je vous en propose, au choix, deux interprétations :
      1- hommage (un peu hardi sans doute) à votre intelligence et à votre capacité à conclure le raisonnement entamé ou l’énumération commencée,
      2- souci de respecter la charte auto-imposée des 3500 signes que justifie la volonté d’éviter de douloureuses céphalées à mon lectorat.

      Hein ? Quoi ? Qu’est-ce qu’il lui met ? Mais non, je plaisante. « Bref »… je la connais, quoi.

      Addendum : « Bref », la prochaine fois que vous soumettrez mes billets à une analyse textuelle ou à des calculs d’occurrences (x 2), pensez à utiliser les touches Ctrl + F.

  5. Bref dit :

    Il s’agit d’un recensement portant sur l’ensemble de la trilogie Tous les Guéant se valent, cher ami.
    Quant au terme « convoquer », il est vrai que je n’aime pas trop sa connotation militaire ou, pis, éducation-nationale, en tout cas autoritaire et fustigeante.
    Mais bon! bref ! rien de personnel, hein ! Je suis comme Michèle, je vous aime bien.
    Tous vos lecteurs savent que vous n’êtes ni autoritaire, ni fustigeant. 🙂

    • Cowboy dit :

      En tout cas, je fais des émules puisqu’en cinq lignes, vous placez « autoritaire » et « fustigeant » deux fois.
      Autoritaire, fustigeant, militaire, étrange obsession paradigmatique autour du concept de « domination ».
      Je rappelle que « fustiger » signifie étymologiquement « battre avec un bâton », mais depuis Littré, on note un glissement vers « battre à coups de verges ou de fouet ». Votre insistance serait-elle un appel ? :-).
      Quant à la trilogie par vous recensée, patience… Dès que j’aurai un moment, je compte bien l’élever au rang de « tétralogie ». J’en resterai probablement là, faute de lexique disponible pour définir une oeuvre de plus grande ampleur.

  6. Hervé dit :

    Je crois que je vais inventer une nouvelle image : « Rire comme un Posuto chez un Cowboy » ! 🙂 Merci ! 🙂

  7. Hervé dit :

    Bon au fait alors si j’ai bien compris c’est J. qui écrit les discours de Guéant ? Je me totolezherosise, là… ^^

    • Cowboy dit :

      Contentez-vous, Hervé -compte tenu de votre jeune âge- de thésauriser. Si la civilisation française continue à évoluer à ce rythme, elle devrait en effet rapidement atteindre un haut degré de développement et s’affranchir définitivement du concept ringard de « retraite ».

  8. Hervé dit :

    Je vous aime bien, vous êtes le seul à me dire « jeune ». Je vais donc suivre vos conseils et totozhoriser… Non, c’est pas ça ?.. 😉

  9. Hervé dit :

    Bon alors, Cowboy, ça vient la suite ?.. 🙂
    (le mec impatient mais admiratif)
    (le prenez donc pas mal)
    (mon ami)
    (lol)
    (bon là j’aurais pu éviter le lol)
    (lol)
    (ah merde, rechute)

  10. Hervé dit :

    Oui, pas faux… bah, avec l’équipe de fascisants (dixit Corinne Lepage, c’est vous dire où on en est !) aux commandes de la campagne de moi-je, M’sieu Posuto, vous aurez pléthore d’autres occasions…

  11. MARIE dit :

    J’ai beaucoup ri en lisant cet article… tout d’abord parce que je suis comme le Figaro de Beaumarchais « je m’empresse de rire de tout de peur de devoir en pleurer » … mais aussi parce que j’aime cette façon de relativiser les choses, remettre chaque chose à sa place en quelque sorte, cette façon de faire comprendre qu’on ne peut comparer que des choses comparables.
    Mais surtout, bien sûr, je ris jaune (c’est une couleur de civilisation, ça ?) en lisant le dernier paragraphe, petit rafraichissement de mémoire salutaire !

    A part ça, je n’irais pas classer le blog dans les blogs marrants, peut-être dans la catégorie la vie politique française expliquée aux nuls 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s