Le paradis terrestre

Quand même… le monde est bien fait, non ? Moi, je trouve. N’en déplaise à Voltaire, Leibniz avait raison : « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ».

Regardez autour de vous (regardez-vous vous-même) et vous verrez que si le monde (brossé à grands traits) est constitué d’une part des riches et d’autre part des pauvres (les classes dites « moyennes », ventre mou de l’humanité, sont une calamité et une menace permanente que toute économie libérale un peu sensée s’emploie à réduire comme peau de chagrin), les uns et les autres  jouissent de la même félicité. Et même, si j’osais, je dirais que les pauvres sont beaucoup mieux lotis que les riches. Si, si. Et nous l’allons montrer tout à l’heure.

Postulat 1 : le temps est constitué de trois éléments : le passé, le présent et le futur. Ce dernier n’existant pas encore et n’étant habité que d’hypothèses, d’espoirs et surtout d’illusions, il compte pour beurre. Exit donc le futur. Nous restent présent et passé, ou plutôt présent et Histoire.

Postulat 2 : les concepts de « riches » et de « pauvres » se superposent impeccablement aux concepts « d’oppresseurs » et « d’oppressés ». Je sais bien que depuis la fin proclamée de la lutte des classes, ce postulat (j’en suis encore de cul) ne va plus de soi. Mais dussiez-vous le contester, il faudra d’abord me démontrer la capacité d’oppression du pauvre et produire des exemples d’oppressions dont le riche ferait éventuellement l’objet. Bon courage.

Ces deux postulats étant posés, que constate-t-on ? Eh bien, c’est très simple et je ne vous ferai pas attendre plus longtemps la conclusion : le présent appartient aux riches, l’Histoire aux pauvres. Et si vous rapportez la durée (pfffuit !) du présent à celle du passé et de l’Histoire, avouez que, dans la balance, le fléau de la félicité penche résolument du côté du pauvre. Petit veinard !

Je m’explique : tandis que le pauvre en ch… des ronds de chapeaux dans le temps présent (mais fugace) sous l’œil goguenard de son patron repu, l’Histoire, toujours, rend hommage au premier. Il suffit de fréquenter les musées pour s’en convaincre. Des salles entières sont consacrées aux esclaves mais traînent dans la boue les négriers jadis honorés. Ici, on vous raconte, sur d’immenses panneaux, les luttes sociales de façon outrageusement partiale sans un mot de commisération à l’endroit des patrons alors empêchés par le cancer des grèves. Là, on te vous encense le docteur Willermé qui faisait sa chochotte parce que des mômes bossaient à l’usine avant l’âge de 8 ans alors qu’en 1841, le monde de l’entreprise détectait, dans ses propositions, une menace sur l’industrie française. Enfin, je ne connais pas le musée des Houillères de Lorraine (doit bien en exister un) mais je gage qu’il exalte le jeune galibot, le piqueur, le boiseur, l’encageur, le palefrenier, le pompeur, le lampiste, le forgeron et le charpentier, qu’il décline, par le menu, la vie misérable des mineurs, sans jamais s’extasier sur le train de vie de ceux qui en étaient la cause.

Regardez les statues de nos villes. Que de braves citoyens ! C’est des Jaurès, des Victor Schoelcher, des Louise Michel, des gens qui, en leur temps, ont bien fait ch… leur monde au point de le payer parfois très cher. Bon, d’accord, il y a bien, par-ci, par-là, des statues de dictateurs et de parfaits salopards. Mais reconnaissez, qu’à terme, on finit toujours par les déboulonner. Suffit d’attendre ou d’y mettre un peu du sien.

Avouez que c’est marrant tout de même… quand on y pense. Non ? Réfléchissez. Tout ce qui va dans le sens du progrès social sera un jour, d’une manière ou d’une autre, salué, encensé, commémoré, alors qu’à l’inverse, tout ce qui symbolise l’oppression, qui marque un recul, une régression des droits, des libertés, de la justice sera brocardé, dénoncé ou, dans le meilleur des cas, passé sous silence.

En tout cas, vous comprendrez mieux désormais pourquoi le riche, le possédant, le puissant vous donnent parfois le sentiment d’être un peu bourrus pour ne pas dire carrément brutaux. Mettez-vous à leur place. Ils savent que le temps leur est compté, que tôt ou tard, fût-ce de manière posthume, vous raflerez la mise, alors… évidemment, ils en profitent un peu, c’est humain. De là à dire qu’ils abusent, y a pas lerche. Mais c’est à vous, c’est à nous, comme disait, François Béranger, « de refaire le présent ».

François Béranger, « Le vieux »

Cowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le paradis terrestre

  1. Diana dit :

    May be off topic but…
    Have you ever noticed in paintings of Adam and Eve that they both have belly-buttons.
    Ponder that. 🙂

    • Cowboy dit :

      Yes, I have love. Of course I have. What do you take me for ? The reason why ? I haven’t a clue. Perhaps, it is just the painters… or God wanted to give some kind of pattern for the next generations.
      Anyway, God screwed it up with the whole creation. Have you ever noticed that he provided men with a single tool which they have to use both to urinate and make love with ? Isn’t that disgusting ?
      By the way, it’s nice to hear from you… Comtesse !!! Are you aware that some of your posts still gets lots of hits ? It is a pity you deserted the place. Kisses.

  2. michèle dit :

    Intéressant le double mouvement de leurs corps recul et avancée, espèce de « dis, tu veux ou tu veux pas ? ».
    Sinon le nombril, Diana, c’était pour leur signaler qu’ils ne sont pas le centre du monde. Mais pas mal d’oubli a sédimenté là-dessus. Donc aujourd’hui on les voit les bellies buttons.
    >Cowboy bonjour z’auriez pas un truc pour mémoriser ce point précis ? j’ai beau prendre James Bond pas moyen de différencier surname et firstname ; je m’emmêle inéluctablement les pinceaux.. .
    Thanks a lot !

    • Cowboy dit :

      Besoin d’un moyen mnémotechnique pour différencier deux simples mots ? Ne pourriez-vous pas, simplement, faire l’effort de les apprendre. 🙂
      Sinon, réfléchissez : « pré-nom » = AVANT le nom. Et FIRST NAME = Premier nom. AVANT / PREMIER, logique, non ?
      Retenez également que FAMILY NAME et LAST NAME sont synonymes de SURNAME, tandis que FORENAME (avant… le nom) est synonyme de FIRST NAME.

  3. michèle dit :

    non, non : pour moi first name c’est le premier nom donc le nom de famille et à chaque fois, ram, je me plante et surname ben je sais pas où le mettre ( c’était pas la peine de me rajouter forename déjà qu’il y en a un au milieu pour les charles andrew, c’est malin, je vous demande d’éclaircir et vous m’embrouillez. Non, entretemps, vu le laps qu’il vous a fallu pour me répondre je me suis trouvé un moyen mnémotechnique à moi :
    firstname commence par un F. et surname commence par un S. Donc dans l’ordre alphabétique Firstname c’est le prénom et Surname le nom de famille. Merci quand même Cowboy, grosses bises, bonnes vacances. Je m’entraîne à l’anglais parlé fluently.

    • Cowboy dit :

      Il n’y a qu’en France que les gens s’entêtent à écrire le nom de famille avant le prénom. Personnellement, je m’appelle… disons… Jean DUPONT et vous ne m’entendrez jamais dire DUPONT Jean. « Pré-nom » veut bien dire AVANT le nom, point barre.
      Quant à la pertinence de VOTRE moyen mnémotechnique, elle m’échappe un peu… Dans l’ordre alphabétique, PRENOM arrive après NOM, non ? Mais bon, je sens que je vais vous embrouiller. 🙂

  4. michèle dit :

    hé bé nom de nom, moi je fais comme vous c’est-à-dire je m’appelle Violette Pointue : donc mon prénom est avant le nom. Donc first name pour prénom et surname pour nom, parce que dans l’ordre alphabétique F est avant S. Cela marche, vous disais-je ! Hip, hip.
    Du coup, grosses bises bis.
    Parfois, mémoriser c’est rien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s