Caniveau.fr

Commençons par deux déclarations.

D’abord madame : (Le Monde, 02/03/2011)

“(…) J’ai sans doute des choses à dire en tout cas, j’ai bien l’intention de les dire” (…). “Et comme je ne serai plus tenue à la langue diplomatique que l’on doit parfois avoir dans les ministères régaliens et bien on va m’entendre !”

Ensuite, monsieur : (Le Monde, 24/02/2011)

“Pensez-vous qu’on puisse passer à travers tout cela sans douleur ? Nous avons un cœur qui bat dans notre poitrine, comme vous. Oui, nous sommes très affectés et surtout les parents de Michèle, parce que franchement, c’est dégueulasse de tirer sur des personnes qui n’y sont pour rien et ont droit, dans leur vie privée, de faire ce qu’elles veulent de leur argent”. (…) Pensez-vous que l’on puisse passer à travers ces attaques ? Il faut lire les ‘.fr’ (sites Internet). Ils vont chercher leurs informations dans les caniveaux. Nous sommes salis en permanence.”

Et oui… Ces gens-là ont un coeur (quoique… d’après la déclaration… un pour deux, mais qu’importe). Ils ont un coeur. Un coeur qui bat, qui palpite, un coeur qui aime, un coeur qui saigne, un coeur qui souffre. L’acharnement, la haine, le lynchage médiatique dont ce couple a fait l’objet (lynchage auquel, à son humble niveau, cet espace a contribué) laissera de profondes blessures dans ce coeur partagé.

Car ce coeur n’est pas un coeur banal et Patrick Ollier nous fait beaucoup d’honneur de soupçonner que nous puissions, nous-mêmes, avoir, dans nos poitrines, un viscère de ce calibre. Un coeur tendre qui sait pardonner les offenses : Mouammar Kadhafi est “un homme surprenant, qui a totalement renoncé à l’action violente et au terrorisme.” (…) “Il n’y a plus rien à lui reprocher aujourd’hui sauf quelques reliquats de pratiques anciennes comme la torture dans les prisons”. (Patrick Ollier, dans le JDD et sur Europe 1, le 12 décembre 2007)

“Il n’y a plus rien à lui reprocher aujourd’hui sauf quelques reliquats de pratiques anciennes comme la torture dans les prisons”. Oui, je sais qu’il est un peu vain de répéter les choses à l’écrit. Pourtant je veux le faire. Encore et encore. “Il n’y a plus rien à lui reprocher aujourd’hui sauf quelques reliquats de pratiques anciennes comme la torture dans les prisons”. Et oui, il y a des gens qui peuvent dire ça, qui OSENT dire ça : “quelques reliquats de pratiques anciennes comme la torture dans les prisons”. Vous l’entendez résonner, cette phrase, dans vos coeurs endurcis ? Faudra-t-il que je trisse ? Que j’illustre ? Peut-être.

Reliquats de pratiques anciennes

Des reliquats… C’est fou le pouvoir édulcorant de certains mots. Bref, Patrick Ollier peut penser ça, il peut le dire et prétendre encore au respect et au titre de “Monsieur le ministre de la république”.

Ah oui, tiens au fait ! J’y pense… Ollier est toujours ministre !!! Sa meuf se fait virer comme une malpropre mais il émarge encore tous les mercredi matins au conseil des ministres. Son coeur outragé, son coeur brisé, son coeur martyrisé s’accommode de l’affront. Toute honte bue. Sans aucun problème de conscience, sans que son honneur ne regimbe. Oh, je ne lui reproche rien sauf quelques reliquats de pratiques anciennes comme la veulerie, la lâcheté, la pusillanimité, la vilénie, la bassesse, l’ignominie et la cacade.

La sottise aussi. Car son maroquin, c’est le prix du silence de sa foldingue. Il faudra sans doute qu’elle y réfléchisse à deux fois avant de “se faire entendre”. Non ?

Cowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s