Dizain

Immonde, répugnante, insalubre et sordide,
Infâme fanfarone, indécente et putride,
Quand, des révélations, le gigantesque cul
Cessera-t-il enfin de lâcher ses pets drus ?

Dans des billets récents, ce gibier de potence,
Obscène la disais, bardée de suffisance,
Je me croyais méchant, je me croyais gourdin,
Je me pensais terrible et n’étais que calin.

En parlant d’abjection, d’immondice et de fange,
Naïf, je piétinais encor’ dans la louange.

Cowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s