Journée des femmes*

Ce matin, au p’tit déj’, pendant que F., ma compagne, beurrait mes tartines, je lui ai fait une proposition qui –soit dit sans me vanter– l’a touchée. Enfin… je crois.

“Tu sais c’que tu devrais faire aujourd’hui ? Tu devrais prendre en charge la chronique du blog.

– Quoi !!!????

– Mets pas tant de beurre, nom de Dieu ! Aaaaahhhh, c’est pas possible ça !!! Tu le sais pourtant. Ça fait 30 ans que je le dis mais… rien à faire.

– Excuse-moi.

– Oui, bon, ça va. Non, je DISAIS que tu pourrais prendre en charge la chronique du blog. Aujourd’hui.

– Ça va pas la tête, non ?

– Mais si… j’veux dire… ne serait-ce que… symboliquement. C’est “la journée internationale des droits de la femme” après tout et… je… pensais que… enfin… ça serait bien si…

– Si tu savais où j’me la mets la “journée internationale des droits de la femme” !!!

– Oui, bien sûr… Moi aussi, je sais que c’est pipo. N’empêche que ça existe. Et c’est l’occasion d’envoyer des messages forts… surtout en période électorale…

– Tu parles ! J’ai pas l’temps et… d’toute façon, c’est pas mon truc.

– OK, je sais qu’c’est pas ton truc. J’pourrais l’faire d’ailleurs. Et j’te promets que si je me lâche, les machos, je vais t’leur en mettre plein la gueule. J’ai deux ou trois idées qui me trottent et la chronique, crois-moi, elle ferait du bruit. N’empêche que ça serait bien… qu’une voix de femme s’élevât… Et puis tu vois venir le truc… Si c’est moi qui m’y colle, ça va gueuler à la récup’. J’les connais les viragos !

– Oui, eh ben, écoute, tu fais comme tu veux, mais moi, j’ai pas l’temps. C’est mon seul jour de repos de la semaine et j’ai de quoi m’occuper. Regarde, il a l’air de vouloir faire beau et j’ai deux lessives qui attendent. Y a intérêt à en profiter. Et puis j’ai du repassage et le ménage à faire. Regarde la maison, c’est une vraie porcherie. Sous le lit, y a des moutons gros comme ça (NDLR : je rapporte mot pour mot ; j’ai, moi aussi, relevé une petite incohérence dans la métaphore animalière de F. mais je n’ai rien dit. Par tact. F. est une fille de la ville…). J’ai aussi des courses à faire et à prévoir ce qu’on va manger à midi et ce soir. C’est quand même pas toi qui va le faire, si ?

L’argumentaire était béton. Des fois, j’aimerais avoir sa repartie. En tout cas, je n’ai pas insisté. D’autant plus qu’en passant un doigt sur le buffet, j’ai bien été obligé de constater qu’elle n’avait pas tout à fait tort. Comme elle dit souvent : “Qu’est-ce que ça se salit vite !”

J’ai fini mes tartines et je suis allé m’installer dans le bureau. J’ai regardé passer quelques autos dans la rue. Comme ça, histoire de tuer le temps. Puis j’ai levé les yeux vers le ciel. C’est vrai qu’on allait avoir une belle journée. J’ai fermé la porte, à cause du vrombissement de l’aspirateur et je me suis assis au clavier. On allait voir ce qu’on allait voir !!! Je ne supporte pas l’injustice. Si F. ne pouvait faire entendre sa voix, je serais son porte-parole. Je me sentais envahi par une sainte colère et investi d’une mission. J’ai commencé à taper deux ou trois phrases pas piquées des hannetons. D’une violence inouïe. Je “tremblais, sentant geindre à cinquante lieues, le rut des Béhémots et les Maelstroms épais”. C’est dire si j’étais colère !!

Et puis, soudain, blocage. Coup de sang. Rage. J’ai sélectionné les trois paragraphes rédigés et pressé, sans remords, la touche “Delete”. Non !! Non !! Et non !! Il ne serait pas dit que je confisquerais, que je m’approprierais une parole qui ne pouvait pas se faire entendre. Il n’y aurait pas de chronique aujourd’hui.

Vive les femmes !

Cowboy

* chronique déjà publiée le 8 mars 2007. L’évolution, dans l’intervalle, de la condition féminine n’a justifié qu’une réactualisation de pure forme.

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s