Journal de l’acheneneun (4)

Ah non ! C’est pas possible ça ! C’est pas nom de Dieu possible ! Ah mais c’est pas vrai ! Ah je suis dans une rage, mais une rage… Quel saaa… Oh pardon… j’oubliais qu’on était en direct. Non, franchement… d’accord, je m’emporte… je m’emporte… mais reconnaissez que j’ai raison. J’ai horreur de me mettre en colère, mais tout d’même. Tout de même ! De quoi qu’y’s’mêle d’abord ? On lui a pas sifflé qu’j’sache. Ça, c’est le genre de type qu’il faut pas inviter à la maternité. Il serait foutu de vous gâcher une vie de gosse en claironnant au nourrisson encore tout collant, tout humide de liquide amniotique que le Père Noël n’existe pas.

Hein ? Quoi ? De qui je parle ? Eh ben de Jyf pardi. Z’avez pas lu son commentaire sous le billet d’hier ? Allez-y, vous comprendrez la sainte colère qui m’anime. “Vot’ remède” qu’il dit, en parlant du traitement homéopathique que j’ai entrepris, “ça m’a tout l’air d’être de la poudre de Perlimpimpin”. Ben, voyons ! “C’est comme verser un verre de vin dans l’port de Brest et filer à New York goûter l’eau de l’Atlantique pour voir s’il a d’la cuisse”. Et ça vous fait rire ?

Que fiche le modérateur ? La cinquième colonne s’empare de ce blog et personne ne bouge. Pire, j’entends des rires et des ricanements.

En trois billets, j’ai sauvé plus de vies que le général Nivelle au Chemin des Dames. J’ai prodigué des conseils de santé publique à faire pâlir de jalousie “the Bocal” elle-même (oui, c’est une anagramme). Fut un temps où elle faisait fort pourtant. Souvenez-vous quand elle nous conseillait de se garer à l’ombre pour se protéger de la canicule. Pas bête, hein ? Eh bien sur le dossier de l’acheneneun, nada. Pas inspirée l’ex-égérie des laboratoires ICI Pharma et Soguipharm. Hors la piquouse, point de salut. Je suis le seul à avoir avancé des propositions novatrices, courageuses, efficaces et à te vous éradiquer l’acheneneun en quelques semaines. A tel point qu’on devrait bientôt trouver au pied de ce blog plus d’ex-votos que dans la grotte de Lourdes.

Et l’aut’ qui vient m’arracher les clous qui me soutiennent ! Faut même qu’il m’explique ce que signifie l’énigmatique “7 ch”. Ça serait le “taux de dissolution du principe soi-disant (sic) actif”. Cuistre ! Ah, c’est joli, ça la fiche bien “le taux de dissolution du principe actif” ! Et surtout ça vous met le moral dans les bottes. Depuis hier, je rêvais sur ce chiffre sept. Le nombre mythique. 7 ! Les sept jours de la semaine, les sept piliers de la sagesse, les sept degrés de la perfection, les sept pétales de la rose, les sept têtes du naja d’Angkor, les sept branches de l’arbre cosmique et sacrificiel du chamanisme, les sept fois six quarante-deux et les sept de table ! J’en passe.

L’efficacité de l’homéopathie, Dieu m’tripote –comme disait Desproges-, est fondée sur la foi. Moi qui ai un mal fou à croire en quoi que ce soit, je m’étais pris le chou pendant des plombes. J’avais relu tout Pascal pour retrouver la fameuse phrase (citée par Brassens) : “Faites semblant de croire et bientôt vous croirez”. Je l’avais déclamée, ânonnée comme un disciple de Krishna, j’étais à deux doigts de la conversion… et voilà Descartes qui rapplique. T’en foutrais, moi ! Apothicaire, va !

Cowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s