Journal de l’acheneneun (3)

Toujours rien. Frais comme un gardon. Faut dire que j’ai dormi avec trois gousses d’ail sous l’oreiller. Forcément, ça aide. Et je n’ai pas mis le nez dehors de la journée. Ce serait bien le diable quand même…

J’ai également commencé un traitement homéopathique. Là à l’instant. J’ai pris la décision et le traitement quasiment en même temps. Je ne tergiverse pas. Je venais de taper “ce serait bien le diable quand même…” et me demandais ce que j’allais bien pouvoir écrire ensuite. J’ai donné un coup d’oeil panoramique sur les rayonnages de la bibliothèque, imploré du regard la tranche des livres, alignés verticaux tels des monolithes impassibles… oui, bon, ça va… et j’ai avisé, sur une étagère, un petit tube orange, translucide, rempli de petites billes blanches marqué (le tube, pas les billes) : “allium cepa”. Tout en minuscules. A vrai dire “cépa” non plus ce que c’est. Le “7ch” à côté, je ne vois pas davantage ce que ça désigne. Allusion, peut-être, à un remède de cheval surpuissant.

En fait, je pense qu’il s’agit d’un reste d’ancien traitement homéopathique que je m’étais laissé prescrire un jour de fébrilité sans y croire le moins du monde. Je l’avais abandonné là, tout près de Raymond Guérin et Knut Hamsun. Je viens d’avaler trois billes avec la foi du charbonnier. Pas de panique, j’ai vérifié la date de péremption : 01/2013. Comme disait ma grand-mère “qui n’essaie rien n’a rien”.

Demain, lundi. Une nouvelle semaine commence. Une semaine dans la promiscuité de mes semblables. Va encore falloir surfer entre leurs pflugges.

L’acheneneun, c’est les autres !

A suivre, si Dieu le veut.

Cowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Journal de l’acheneneun (3)

  1. Michèle dit :

    Morte de rire.
    Les conseils sont dans le billet qui précède : quoiqu’il arrive, accrochez-vous aux branches. Et, si votre compagne traverse un fleuve, donnez-lui la main, je vous en conjure.

  2. Jyf dit :

    Mort de rire également. Je ne voudrais pas vous inquiéter mais votre “médicament” a tout de la poudre de perlimpinpin : 7Ch c’est le taux de dilution du principe soit disant actif ( le mal par le mal ). Dilué une première fois un volume dans 10 volumes d’eau, ceci répété 7 fois. Autant dire qu’il y a une chance infime pour que y l’on retrouve une seule molécule de votre “médicament” . C’est comme ci vous versiez un verre de vin dans le port de Brest et que vous alliez à New York goûter l’eau de l’Atlantique pour savoir s’il avait ” de la cuisse”….
    Ce qui est rassurant c’est que vos petites billes blanches ne peuvent pas vous faire de mal : pas d’effet secondaire connu, évidemment. Mais l’acheneneun va se marrer !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s