Journal de l’acheneneun (2)

Aujourd’hui est un grand jour. Un jour exceptionnel. Aujourd’hui est “le premier jour du reste de ma vie”.

Comme depuis longtemps, je me suis levé de bonne heure. Aucun signe, aucun symptôme. Je peux bien l’avouer maintenant… hier j’ai eu un doute. Le lancement de ce journal n’était pas innocent. J’avais comme un pressentiment, un sale pressentiment. Apparemment, fausse alerte.

Sitôt levé, j’ai allumé France Inter pour avoir des nouvelles du front. Il se rapproche. Je ne devrais pas tarder à entendre le bruit de sa canonnade. On parle de mutations (oui, avec un “s”) du virus mais d’après les études qui n’ont pas été menées, il n’y a aucune raison de s’inquiéter. L’acheneneun peut aller se faire lanlère, ses entourloupes n’affectent en rien l’efficacité du vaccin ; surtout de celui avec adjuvant. Je ne sais pas trop la plus-value que l’adjuvant apporte mais ça sonne bien. Je crois comprendre que le vaccin avec adjuvant est au vaccin sans adjuvant ce que le foie gras est à la rillette du Mans. Naturellement, il est plus cher et plus rare. C’est le vaccin VIP. Dussé-je un jour prochain céder aux sirènes de la vaccination, ce sera “un adjuvant, sinon rien”.

Maintenant, qu’on ne se méprenne pas. Mes réticences face à la campagne de vaccination ne me désignent pas comme inconscient ou irresponsable. J’applique scrupuleusement un principe de précaution. Des règles simples, peu contraignantes –“trucs et astuces″ à la portée de tous– dont je m’étonne qu’elles ne fassent pas l’objet de recommandations officielles de la part des autorités sanitaires. Ainsi ne respiré-je qu’une fois sur deux en donnant un petit coup sec à chaque expiration histoire de décrocher le virus qui pourrait s’être introduit dans mes naseaux à l’instant de l’inspiration. Si je devais faire une comparaison, cette technique s’apparente à celle qui consistait, chez les défenseurs d’anciennes forteresses, à repousser, à la fourche, les échelles que l’assaillant dressait contre la muraille. L’utilisation de la poix et de l’huile bouillante étant exclue, j’ai eu l’idée de me badigeonner l’intérieur de la narine d’un onguent incolore, très gras et légèrement parfumé (ce qui ne gâche rien). Objectif : savonner la planche de l’acheneneun. Certainement pas la panacée mais j’imagine que pour escalader les parois de mon blair, il va en chier des ronds d’chapeau.

En fait, ce qui compte dans un contexte de pandémie, c’est de multiplier les obstacles à l’affection, à la contamination. Dans ce domaine, la gestion des déplacements (facteur important de la propagation) est essentielle. J’ai personnellement réduit les miens au strict minimum. Ne pouvant les suspendre tout à fait, j’utilise la technique anti-fatwa (dite Salman Rushdie) qui consiste, quand je vais chercher le pain ou quand je me rends au bureau, à changer d’itinéraire tous les jours. Pour tromper la vigilance du virus. Combattre un ennemi invisible n’est pas une mince affaire. Ça demande des efforts d’imagination que je sais consentir. Ainsi –ne riez pas– ai-je pris l’habitude, en marchant, de faire de brusques zigzags sur le trottoir, des écarts inattendus afin de le feinter.

Je porte enfin en permanence une faute carte d’identité qui me vieillit d’une bonne quinzaine d’années. Selon certaines rumeurs, l’acheneneun s’en prendrait prioritairement aux tendrons. Ce serait un virus grand seigneur, une sorte de Don Gomès conscient qu’à vaincre sans péril, il triompherait sans gloire. Dont acte. Très sincèrement, je ne crois pas trop à l’efficacité de la méthode. Je connais mon âge, je n’en suis pas fier, mais je sais aussi ma prestance et l’âge que je parais dans le regard du beau sexe. Cent fois par jour, des oeillades goulues m’apportent la preuve de l’insolente jeunesse que j’affiche. Si l’acheneneun est de sexe féminin (les virus, comme les anges, ont-ils un sexe ?), ce dernier stratagème risque fort d’être inopérant.

La suite, demain, si Dieu le veut.

Cowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s