Chagrin d’école 4

(Suite des billets des 4, 5 et 6 décembre 2007) 

A propos, des Izambard (1) ? Quel pourcentage à l’Education Nationale ? Allez… disons 5%… en comptant les « malgré nous ».
Sachant que 12000 postes vont être supprimés, ça fait, grosso modo, une perte de 600 Izambard. Dans l’absolu, c’est pas énorme, mais imaginez 600 Rimbaud par an !!!!!! Ça fait un trou, non ?
Maintenant, vu le profil de « mes-cancres-z-à-moi », ça m’étonnerait que les Izambard d’aujourd’hui aient le rendement de ceux d’antan. M’est avis qu’il faut revoir la production à la baisse. A vue de nez, je la situerais dans une fourchette de… 200 / 300. Pas plus.

Et les autres ? Les « cancreszamoi » non rimbaldiables, les « z’élèves z’en grande difficulté”, les “z’élèves z’en extrême difficulté”, les “z’élèves z’en voie de déscolarisation”, les “z’élèves sans solution”, les ”z’élèves z’en déserrance”. Quid de ceux-là ?

Eh ben… Eh ben… faut se rendre à l’évidence… y a rien à faire. Sont pas faits pour ça, point barre. Les études, c’est pas pour tout le monde. Y en a, c’est pas leur truc, faut l’admettre. C’est comme ça. Sont pas heureux à l’école. On l’entend jusque dans les salles de profs. Ça rassure, ça excuse, ça soulage. L’acharnement pédagogique… pour certains, ça serait inhumain.

En apprentissage, allez zou ! A 14 piges ! On peut très bien vivre, être heureux sans connaître Montaigne, Descartes, Voltaire et consort, sans pleurer à l’écoute du concerto pour hautbois de Marcello, sans savoir que, dans un triangle rectangle, le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés (euh… j’ai été obligé de vérifier sur Wikipedia), sans penser à Van Gogh en regardant un champ de blé, sans savoir que Saint-Louis est au sud de la confluence du Missouri et du Mississippi et que la longueur cumulée de ces deux fleuves dépasse 6800 km. Non ?

Après tout, vu l’insistance que met la nature à faire que les enfants ressemblent physiquement à ce point à leurs parents, ne peut-on poser comme postulat que ces ressemblances peuvent s’élargir aux fonctions supérieures. « Les chats font pas des chiens » disait ma grand-mère, et si ton dab n’est pas le couteau le plus affûté du tiroir, t’as plus de chance d’être une meule qu’une épée. Non ?

Un président en exercice a bien affirmé que certains naissaient avec le gène de la pédophilie, du suicide. Pourquoi pas le gène de la bonne humeur aussi ? ou celui du notariat, de la fraiseuse tant qu’on y est. Et donc, de la réussite scolaire !

Eh ben, non. A marche pas comme ça.

Il y a le gène des yeux bleus et de la fossette au menton, y a pas celui du con. Celui de l’accroche-cœur, pas du tableau d’honneur.

On naît libres et égaux. C’est écrit. Ah oui, mais il y en a qui sont plus égaux que d’autres. On connaît la chanson. Mais pourquoi ? Comment ça se passe ? A quel moment ça bascule ? Dès la lallation ? A l’instant de son articulation avec le babillage ? Plus tôt ? Plus tard ? Quand ? (…)

à suivre…

CowboyCowboy

(1) de Georges Izambard, professeur au collège de Charleroi, qui repéra le talent d’un des ses élèves : Arthur Rimbaud.

Publicités
Cet article a été publié dans Education. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Chagrin d’école 4

  1. Gilles dit :

    « On naît libres et égaux […] mais il y en a qui sont plus égaux que d’autres […] Mais pourquoi ? […] À quel moment ça bascule ? »
     
    Tout dépend de ce qu’on veut dire par « libres » ; la notion actuelle nous vient du XVIIIe siècle et stipule seulement qu’un individu ne peut pas être propriétaire d’un autre être humain et qu’on ne peut pas se vendre à un autre. Et « égaux », qui vient de la même époque, n’avait que le sens d’égalité devant la loi (tous les individus sont justiciables), pas le sens de l’égalité économique, et encore moins de l’égalité sociale.
     
    Tant de facteurs familiaux, sociaux, individuels, même physiologiques (les beaux — et surtout les belles — réussissent mieux que les laids à compétence égale) interviennent qu’il me semble vain de chercher pourquoi ou quand « ça bascule ». Ceci dit, je suis d’accord que vivre en société pourrait vouloir dire faciliter la vie des plus démunis, plutôt que les écraser encore plus sous prétexte de libéralisme.

  2. Cowboy dit :

    « Libres et égaux », c’est bien ainsi que je l’entends, naturellement. Juste une pirouette pour finir (c’est pas fini d’ailleurs). Je n’ai jamais soupçonné la moindre ambition d’égalité sociale, économique là-dedans, bien sûr.
    En revanche, « quand ça bascule », je persiste à croire que la question mérite d’être posée. J’essaierai d’y répondre même si je sais que je jongle ici avec une patate chaude. Si j’aborde le sujet, c’est que j’ai le sentiment que l’idée selon laquelle l’inné aurait un rôle non négligeable se répand. Je la récuse. Et ce dont je voudrais parler, ce sont précisément les facteurs que vous évoquez.

    PS au fait, Gilles, la clope sur la mini photo du commentaire… au premier janvier… interdit. 🙂

  3. Léga dit :

    Alors l’apprentissage, c’est la voie de garage, c’est ça ? C’est fait pour les pauv’malheureux qui ne connaîtront jamais les joies de la littérature et de la géographie ? Non, bien sûr, les cours dispensés dans les CFA (français, géographie, histoire, droit …) n’existent pas, en CFA t’apprends juste à être tourneur-fraiseur et à écouter ton patron …

    Léga, apprentie libraire, c’est vrai que je ne connais pas Montesquieu.

  4. murat dit :

    Le gène de la pauvreté et de l’ignorance existe!
    Il ne se trouve pas dans le noyau de nos cellules. Il est invisible au microscope. Mais il se transmet de génération en génération. C’est un gène « indirect »: une conséquence de la nature humaine définie par les gènes (les vrais).
    A part quelques mutations du gène ici et là sous l’influence irradiante d’un Izambard (bien insuffisantes en quantité pour changer le monde façon Xmen), les possesseurs de ce gène n’ont d’autres choix qu’une soumission ou une révolte stérile.

  5. murat dit :

    Léga, un peu de logique des ensembles : que l’ensemble A soit inclu dans l’ensemble B n’implique pas que l’ensemble B est inclu dans l’ensemble A

  6. Cowboy dit :

    Léga,
    Je le disais dans un commentaire précédent, je savais que je manipulais une patate chaude.
    A l’évidence, je vous ai blessée. J’en suis profondément attristé. Croyez bien que ce n’était pas mon intention. En revanche, vous me mettez en colère et je crois que c’était votre intention.
    Je ne peux vous laisser me faire dire ce que je n’ai pas dit.
    Je connais bien l’apprentissage, le CFA, l’enseignement professionnel. Depuis 30 ans. Et ça m’autorise à en dire deux ou trois choses.
    Vous voulez me faire dire que l’apprentissage est une voie de garage. N’y comptez pas (du moins pas en ces termes). Vous voulez me faire dire que c’est la voie royale. N’y comptez pas non plus.
    Vous voulez me faire dire que l’apprentissage à 14 est une mauvaise option. Vous avez gagné, je le dis, je le proclame. Au risque de vous choquer, je suis un défenseur de l’enseignement public, gratuit et obligatoire jusqu’à 18 ans.
    Vous voulez me faire dire que dans le monde dont je rêve, tout le monde connaîtrait Montesquieu (que je connais moi-même insuffisamment), je le dis. Tailler, fabriquer une cheville (« pour boucher son c… », comme disait mon père, tourneur-fraiseur) n’est pas donné à tout le monde. Dans le monde dont je rêve, cette compétence pourra manquer à beaucoup sans que j’y voie de motif de plainte. Oui, dans le monde dont je rêve, il est plus important de connaître Montesquieu que les proportions respectives du sable, du ciment et du gravier dans un bon béton. Parce que connaître les proportions respectives du sable, du ciment et du gravier dans un bon béton est simplement utile et que connaître Montesquieu ne sert à rien sinon à former une tête bien faite (qui saura peut-être plus rapidement que la moyenne apprendre à faire un bon béton).
    Vous voulez me faire dire qu’en CFA, l’enseignement général est la cinquième roue du carrosse, je le dis. Au moins a-t-il le mérite d’exister.
    Au passage, vous me dites que vous êtes apprentie libraire. Quand même ! « Apprentie libraire ». Il y a « apprendre » là-dedans et il y a « livre », ça vous met dans une configuration bien particulière. Mais passons.
    Ce que je constate, par expérience, c’est que 90% des élèves que j’ai croisés et qui ont fait le choix de l’enseignement professionnel ou du CFA et de l’apprentissage ont fait ce choix, à un moment donné, par défaut. Parce qu’on leur a dit, en collège, en 5ème ou en 3ème : « il faut envisager une orientation professionnelle plus compatible avec vos capacités. » La vocation n’est venue qu’après, précisément parce que l’enseignement professionnel ne fait pas si mal son boulot.
    Je suis prêt à admettre qu’on puisse avoir très tôt une vocation pour la plomberie-zinguerie, pour la maçonnerie, voire pour les techniques d’entretien des surfaces urbaines (de gustibus etc.), mais j’exige que ces vocations ne vous exposent pas définitivement à la violence symbolique de la culture.
    Mais bon, un commentaire doit être court. La question abordée demanderait dix billets. En tout cas, je reste prêt à débattre du sujet avec vous sous réserve qu’on ne me le fasse pas sur le mode de la vertu offensée.
    Bien à vous.

    PS je crois que vous vouliez aussi me faire dire qu’en apprentissage, on apprend avant tout à obéir… Par pitié, ne me poussez pas parce que ça, je serais bien foutu de le dire…

  7. posuto dit :

    Quand ça bascule ?
    A vue de nez (le mien) et en vertu de mes recherches approfondies en gnnnrgn et de mon doctorat en hjujfhgf (oui, c’est top secret), j’ai envie de répondre dès la toute petite enfance.
    A la sortie de l’école de ma fille, une jeune mère avec poussette, le bébé pleure un peu, mais pas si fort que ça (il a entre 6 et 8 mois, toujours à vue de nez). Sa mère lui lance »Ta gueule ». Si ça bascule pas avec ça, c’est qu’il y a une part de magie en ce monde, mais tout bien considéré, je ne crois pas à la magie. Enfin pas vraiment.
    Kiki

  8. Cowboy dit :

    Vous brûlez, Kiki, à ce détail près que -et vous vous en doutez- le « ta gueule » que vous ouïtes n’était sans doute pas le « ta gueule » inaugural. En 6 ou 8 mois, bébé avait eu le temps d’en intégrer la profonde, puissante, virtuose charge sémantique.
    Je suis d’accord avec vous, on peut raisonnablement postuler que… pas bon, pas bon pour le cortex en formation.

    PS moi j’te lui en aurais collé une au mouflet qu’l’mur lui en aurait rendu une aut’. S’ion commence à s’laisser emm… par ces tr… du c… de 6 mois, z’ont tôt fait d’prendr’ l’dessus.

  9. kamdou dit :

    Que de l’esprit créatif ici!

    Trés intéressant comme blog que je trouve riche, relaxant, agréable et bien organisé !!!

    Par l’occasion, je t’invite à l’inscrire GRATUITEMENT et RAPIDEMENT sur ma top liste que je viens de créer et qui a pour objet de promouvoir ton ou tes sites et de recevoir des visites réelles. Ce n’est ni un boosting ni un générateur automatique de visites.

    http://www.toplist4free.com/script/listen/10579/index.html

    Tu n’as rien à perdre et tu risques rien.
    Bonne continuation!!!

  10. Catherine dit :

    I do not have the eloquence of those posting comments.
    But yes! education for all and mandatory!!!
    Could we all be intellectuals? of course not.
    Could we all be machinists? of course not.
    Some things are in the genes, but much comes from the up bringing and environment exposure. The story about the 6 months baby, sure we can all see what is wrong with that picture. The « teaching » and the consequently the « habits » or « values ». I raised 3 children as a single mother. I had good parents, they had good parents, they had good, they had, they… In the genes? yes. Upbringing?yes.

  11. Cowboy dit :

    Catherine,
    Thank you for your comment. You probably guessed when you posted it that I would follow you on that issue. And I will not.

    Could we all be intellectuals ? Of course yes.
    Could we all be machinists ? Of course yes.
    Could we all be both intellectuals and machinists ? Of course yes. When I use my brains, my hands are free and I can use them, can’t I. And when my hands are busy, why should my brains be asleep ?
    Your mistake is to compare two things that can’t be compared. Opposing the two is sort of Manichean and it states in some way (without saying it) the superiority of the mind over the body. Shall I say that I recognize here your religious feelings and education ? This is not a criticism of course, just a mere statement but to be honest, you know (-if you have read my blog on a regular basis- that I am not religious at all. Worse, I am very anti religious even though I will never interfere with people’s belief. None of my business. As far as I am concerned, people can believe in God, in the Holy fly or whatever).
    Simply, I think that you can develop the ability of the mind and still have clever hands. There is nothing to do with the “connecting vessels” theory.

    Let me give you an example : Many Swiss people speak two (sometimes three) languages and many French Canadians have a very good command of English. Does this mean these people are cleverer and better linguists than other nationalities ? Of course not. It simply means that they live in an context that makes languages essential.

    No, I do not believe in the genes factor. If you believe it, then Brave New World is the next step. Upbringing, environment, there, is the answer. The answer can be read in Emile Zola and Frank Norris. There is no doubt. The question is : what do we call upbringing ? When does it start ? What do you call “good parents” (this, certainly, is a hot potatoe) ? It will be my next post.

    PS Thank you for giving me the opportunity to write in English 🙂

  12. Catherine dit :

    Hello,
    Actually no, I never even thought about « follow in that issue » I was just saying how I see it.
    I should have expounded a little to clarify. I meant that if all were the same (intellectual or manual) it would not work – same as all farmers and no engineers – or all painters and no writers. You get the point. Genes? yes – more left brain or more right brain, you know what I mean. Some students learn much better by hands on and demonstration while others are okay with lectures and notes.
    I’m gonna have to read more on this, for myself.
    Brave New World? No, absolutely not.
    Religious feelings and education ? No, I wasn’t raised in it at all. I am not religious at all. What I have didn’t happen until my youngest child was already 3 years old.
    I had strong family values and moral values instilled in me by example – respect of life, elders, nature and the whole nine yards!
    Looking forward to your next post.

    BTW I’m glad to enjoyed posting in english, you are better at it than me!

  13. Cowboy dit :

    I do get your point but you didn’t get mine. I will repeat it over and over again, I disagree with the idea that some students would, BY NATURE, learn much better by hands and demonstration than they would deal with abstraction. And you should know that all these theories about right or left brains are mere speculations and b… I’m afraid -sorry 🙂
    My brain is a damn left winger 🙂 and works well, don’t you think 🙂 .
    I can deal with abstraction pretty well (I love that too) but if you need to redecorate your house, paint the walls, fix your car, computer, washing machine, I’m your man. Any time. And we can take a roadtrip round California while the paint is drying. 🙂
    Well, anyway, I’m writing the next post right now. I am not going to unveil the gem my mind is polishing in a comment. 🙂 Please wait.

    PS BTW, I do enjoy it too.
    PS’ Private message : Comtesse ? Hanging around ? Don’t you think you could have a word in it ?

  14. Cowboy dit :

    Kamdou,
    Merci pour les compliments. Je ne découvre votre commentaire -bloqué par l’anti-spam- qu’à l’instant.
    Pardonnez à ma modestie de ne pas inscrire ce blog sur votre « top liste ». On ne se refait pas.
    Maintenant, je suis tranquille, persuadé que votre enthousiasme affiché et, je n’en doute pas, sincère, se substituera à moi pour assurer ma promotion.
    Bon weekend.

  15. Léga dit :

    Ah, monsieur Cow Boy, c’est vous qui me faites dire ce que je n’ai pas dit, quelle horreur cet internet qui empêche de comprendre ce qui se dit réellement.
    Tout ce que j’ai dit était à prendre au second degré, mais je n’ai pas su me faire comprendre, je répugne aux « souriards ». Pour moi, l’apprentissage était tout ce que j’attendais, et tout ce dont on ne m’a JAMAIS parlé au collège ni au lycée. Ce qui m’a permis de planter joyeusement un IUT et un DEUG (enfin, ce qu’il en reste) avant de découvrir que, mais oui mais c’est bien sûr, il existe une voie dans laquelle on peut apprendre tout en travaillant. Loin de moi l’idée de « vouloir vous faire dire qu’en CFA, l’enseignement général est la cinquième roue du carrosse », je pense le contraire. Sinon, les cours ne seraient pas obligatoires. J’ose espérer que le monde dont vous rêvez (comme par fait exprès, je rêve à peu près du même… peut-être pas avec Montesquieu, mais ce n’est pas là la question) existe, ou tout du moins peut exister.

    Vous ne m’avez pas blessée, juste légèrement mise en colère, car j’ai eu l’impression d’entendre une bonne partie de mon entourage, gens cultivés et de professions artistiques, pour qui, effectivement, l’apprentissage se résume aux métiers manuels (et quelle honte y’a t-il, je vous le demande, à avoir un métier manuel … ) et qui ont tenté à tout prix de m’empêcher de prendre cette voie dans laquelle je m’épanouis …
    L’apprentissage, ce n’est pas la voie royale, uniquement parce que les gens continuent de le considérer comme une voie de garage. Pour moi, le calcul est vite fait : jeune, diplômée AVEC de l’expérience, je suis ce que recherchent les patrons… Au moins, ça met du beurre dans les épinards !

  16. Cowboy dit :

    Bon, vous voyez, Léga, qu’internet, c’est pas si mal puisqu’il peut y avoir des malentendus, certes, mais on peut les lever.
    Je puis, cette fois, vous lire sans bondir. Je n’ai aucun mépris du travail manuel. Je veux simplement qu’il soit « choisi librement » et qu’on le considère. Et qu’on puisse gagner sa vie avec et ne pas y laisser sa peau. C’est tout.
    Personnellement, j’enseigne. Mais je vous jure que je suis prêt à aller, demain, ramasser les poubelles ou faire des trous dans le bitume. Seulement, je veux le faire à un tarif digne et je ne veux pas le faire pendant 35 ou 40 heures par semaine. 10 au grand max. Parce que ce n’est pas épanouissant. En revanche, je veux bien classer des archives pendant 20 heures, peut-être plus. Ce n’est guère épanouissant non plus mais ce n’est pas très fatigant. C’est en Albanie, je crois –au sein d’un régime que je ne recommande pas, bien sûr– que les intellectuels devaient jadis accomplir un temps de travail manuel. Sur le principe, ce n’est pas malsain.
    Autre chose : vous vous réjouissez de l’apprentissage pour ce qui vous concerne. Mais attention, pour autant que je comprenne, c’est un apprentissage qui intervient après des études universitaires, foireuses peut-être, mais quand même. Un apprentissage, choisi, à l’issue d’une formation générale assez complète. Ce n’est pas la même chose qu’un apprentissage à 14 ans. Au passage –on ne refait pas l’histoire bien sûr, et surtout pas la sienne– pensez-vous que cet apprentissage aurait connu la même réussite s’il était intervenu à l’issue de la classe de troisième ?
    Et si vous êtes aujourd’hui ce que recherchent les patrons, il n’est pas moins important que vous fassiez ce qui vous plaît.

    PS par contre, j’avais bien dit, et je persiste, que l’enseignement général en CFA reste la cinquième roue du carrosse.

    PS l’exemple de Montesquieu, vous l’aviez compris, ce n’était qu’une façon de dire l’importance d’une formation généraliste pour un individu, celle qui construit l' »honnête homme ».

  17. michèle dit :

    Cow boy and Catherine, and if you’ll wash dishes and clean the house properly, I’m ok to play J. Kérouac with both of you trough the U.S in a huge road movie.
    Would you like my personal references ?

    Voilà, j’m’en va quelque peu, butiner ailleurs et lors de mon retour que vois-je ?
    Bref. Je connaissais deshérence, pas déserrance, donc on apprend toujours sur ce blog ; euh, si la longue route ne vous dit pas, vous êtes casanier non ? j’ai quelques travaux de peinture chez moi dans la cage d’escalier, car je suis un peu petite. Ah bon, vous aussi ?
    Moi c’est Chateaubriand que je n’ai pas trop lu, mais à la retraite j’aurais le temps, si j’ai fini de jouer les aventurières et de tenter de faire jaillir mon génie au grand jour.

  18. Cowboy dit :

    Michèle,
    Merci pour vos commentaires dont la qualité me fait d’autant plus regretter leur absence de ces derniers mois.
    Je risque hélas leur fournir peu de matière dans la mesure où je me fais de plus en plus discret sur cet espace comme sur celui de mes blogueurs préférés.
    A bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s