Guy… moqué

sarkozy1.1192036766.jpgÇa aurait pu s’appeler aussi « Connotations ». Ou encore : « Guy… moqué ou des risques de la connotation » et ça ferait sérieux.

Pourquoi reparler de Guy Môquet ? Parce que mon actualité personnelle vient de me repasser le plat. Souvenez-vous, peu avant la rentrée, M. Sarkozy avait eu une initiative comme il en a le secret. Il avait décidé que tous les enseignants de France donneraient à leurs élèves, dès les premiers jours de septembre, lecture de la lettre rédigée par Guy Môquet, en 1941, la veille de son exécution par l’occupant nazi, à l’âge de 17 ans.

C’était une bonne idée. Placer l’année scolaire sous le signe de l’exécution sommaire ne pouvait que motiver, stimuler, galvaniser nos chères têtes que l’on dit –non sans quelque ironie en l’occurrence-… blondes !

Pour quelle(s) raison(s) M. Sarkozy a-t-il voulu ce moment d’émotion pédagogique ? Je l’ignore. Venait-il de découvrir ce texte et avait-il beaucoup pleuré ? Voulait-il marquer le coup ? Elargir l’ouverture à gauche (Guy Môquet était militant communiste) ? ou voulait-il simplement s’assurer que l’Ecole diffusât un beau texte ?

Je ne crois pas trop à la dernière hypothèse car cela voudrait dire que M. Sarkozy ignore que l’Ecole est précisément l’endroit où on lit et entend les plus beaux textes de l’humanité. Que ces lectures se fassent le plus souvent dans l’indifférence générale, je n’en doute guère mais il m’est doux de penser que chaque jour, dans toutes les écoles de France résonnent les mots, les phrases, les vers ou les images de Montaigne, de Molière, de Corneille, de Racine, de Voltaire, de Baudelaire, de Flaubert ou de Stendhal…

Après l’initiative foireuse du fayot Laporte, je pensais qu’on se le tiendrait pour dit et qu’on renoncerait à cette nouvelle instrumentalisation de l’Histoire, à cette énième tentative de « captation d’héritage » à laquelle M. Sarkozy nous avait habitué tout au long de sa campagne électorale. Je me trompais, le projet reste d’actualité.

Si j’étais enseignant, je ne lirais pas cette lettre. Je m’y refuserais avec la dernière énergie. Pour des raisons autant pédagogiques que morales. Je m’explique :

Il n’est pas besoin d’être agrégé de lettres pour savoir que toute information versée dans un cortex adolescent (mais pas seulement) déclenche ipso facto un cortège de « connotations ». Et ce d’autant plus si cette information est nouvelle, inédite. Il faut bien se raccrocher à quelque chose.

Or, dans le cas présent, quelles connotations la simple annonce de cette lecture à une classe fera-t-elle émerger à la surface des consciences ? Horreurs de la guerre ? Non. Nazisme ? Non. Oppression ? Non. Occupation ? Non. Résistance ? Non plus.

A peine aurez-vous formulé le quart du dixième de cette annonce que ce sont les concepts de « sport », « rugby », « XV de France », « Chabal » qui seront aussitôt convoqués. Et si l’idée de guerre surnage, ce sera par ricochet à l’évocation de ce dernier nom mais ce sera probablement « La Guerre du Feu ».

L’initiative du « César du Rugbycon » a traîné, vautré le texte poignant, sublime de Guy Môquet dans la boue d’un terrain de rugby. Elle a créé un amalgame honteux entre sport et guerre puisqu’elle laissait implicitement entendre que la résistance au XV argentin était assimilable à la résistance à l’occupant nazi. En cela cette initiative entre dans le champ du révisionnisme.

Aujourd’hui le texte de Guy Môquet a été salement entaché par des imbéciles irrespectueux. Il importe de le laisser en paix pour qu’il se remette de l’affront qui lui a été fait.

CowboyCowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Education, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Guy… moqué

  1. alainlecomte dit :

    Bien dit! je souscris totalement!

  2. Moi non plus je ne lirai pas cette lettre … parce-que je n’ai pas cours le lundi ! coup de bol, non ? Sauf que, si j’avais du le faire, ç’aurait été avec un discours perso bien senti sur les rapports entre histoire et mémoire et sur la manipulation des historiens, parce-qu’il ne suffit pas de faire pleurer Margot pour transformer nos lycéens en citoyens. Merci cher Cow-boy pour ce post salutaire.

  3. Benjamin dit :

    Je crois que si j’étais en situation je l’aurais lue, en précisant tout ce que vous avez dit, Cow-boy, amendé de ce qu’a dit Tivi-la-Zappeuse

  4. Françoise dit :

    C’est que ça rigole pas la commémoration ! Il ne faut pas faire ça n’importe comment :

    http://www.education.gouv.fr/bo/2007/30/MENE0701517N.htm

    Il y en a même qui ont des idées grandioses (j’avais fait un billet à ce sujet : http://repvblicae.wordpress.com/2007/09/30/les-courtisans/)

    Un article à lire « Des usages étatiques de la lettre de Guy Môquet » :

    http://cvuh.free.fr/spip.php?article94

  5. Cowboy dit :

    Merci pour les références.
    ————————-
    Benjamin… « si vous étiez en situation »… ça me rappelle quelque chose cette formule 🙂

  6. isabelle dit :

    Ce qui me gêne le plus dans l’histoire Guy Môquet c’est que ce jeune martyr était un martyr du communisme et pas de la resistance.

    Allez voir wikipédia ou n’importe quel auteur sérieux sur l’époque.

    « Guy Môquet est arrêté à seize ans le 15 octobre 1940 au métro Gare de l’Est par trois policiers français dans le cadre du décret-loi Daladier du 26 septembre 1939 interdisant la propagande communiste. »

  7. Cowboy dit :

    Non, Isabelle, je ne pense pas que les motifs de l’exécution de ce jeune garçon importent et je gage que votre… « gêne » eût été la même s’il avait été fusillé pour acte de résistance. A bien des égards d’ailleurs, être communiste était déjà un acte de résistance.
    Merci en tout cas d’attirer l’attention sur le texte de Wikipedia qui est très bien fait.
    Bien à vous.

  8. Questions : cette obligation est-elle assortie d’une sanction ? Si oui, que se passe-t-il si l’enseignant refuse de lire cette lettre ? Qui est compétent pour constater in situ le refus du prof ? Qui fait remonter l’info à la hiérarchie ? Existent-ils des directives pour poursuivre les enseignants récalcitrants ? Est-ce que l’on convoque ses parents ?

  9. Cowboy dit :

    Rien de tout ça JHMV. Seule la violence symbolique du système ou les craintes fantasmées de quelques enseignants peuvent les convaincre de se soumettre. Une telle initiative n’entre pas dans leurs obligations de service. Le démantèlement programmé de la fonction publique a aussi pour objectif de se débarrasser de gens qui peuvent se rebeller impunément.

  10. expat'à pattes dit :

    Merci merci, résistons…. m’enfin en même temps, pour un type qui a dit qu’il s’était réveillé à la place rouge, la propagande communiste c’est normal, vu que le seul lit à la place rouge c’est celui de Lénine…. ‘tain il démarre fort.

  11. Ange7 dit :

    Comme d’hab, le cowboy vise juste. (d’où son surnom ?)
    D’accord sur toutes la lignes hem, toutes les lignes même du billet.
    Pas question de lire, sur commande et sans contexte, quelque texte que ce soit.
    Surtout quand il vient d’être tâché par les doigts (toujours) gras de la politique.
    Laissons à cette lettre le repos qu’elle mérite, sans l’oublier.

  12. arnodu dit :

    En ces temps où démagogie rime souvent avec sensiblerie, voici un article qui replace les événements douloureux de notre histoire dans leur véritable contexte.
    http://www.historia-nostra.com/index.php?option=com_content&task=view&id=582&Itemid=60

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s