Bonne année…

… et surtout une bonne santé !

Bonne année, bonne rentréeNon, non, qu’on se rassure, je vais bien, mes fonctions supérieures ne sont pas atteintes et je mesure pleinement le sens et la portée de ce que je viens d’écrire. C’est la rentrée et je vous souhaite à toutes et à tous « une bonne année et surtout une bonne santé ».

Je me trompe sûrement mais il me semble que, de mon temps, la « rentrée » n’était que « scolaire ». Aujourd’hui, l’épithète a chu (j’aime beaucoup le son que font ces trois mots quand on les dit très vite : « lépitétachu ». On dirait le nom d’un site Inca).

Oui, la rentrée désormais n’est plus l’apanage des seules populations impubères. La rentrée est l’évènement de l’année, elle en est le tournant, elle inaugure une nouvelle ère politique, économique, sociale, culturelle (oui, enfin… non, sociale, culturelle… pas trop ces temps-ci) et l’on devrait, en bonne logique, se souhaiter la « bonne année » au 31 août.

La rentrée, c’est le moment des grandes mais éphémères résolutions, (le nombre des joggers sera en forte augmentation jusqu’au 15 septembre), c’est le moment où toutes les mauvaises décisions prises sournoisement pendant l’été dans le secret des ministères (oui, enfin… non, désormais à l’Elysée) sont révélées au public, c’est le moment des Universités d’Eté des grandes formations politiques ou syndicales, c’est le moment où l’opposition se redresse, se rebiffe, qu’elle fourbit ses armes et annonce que l’automne sera chaud (oui, enfin… non, pas cette année, tout va bien, merci). Bref, nul n’est besoin d’être enseignant ou flanqué d’une progéniture en âge scolaire pour que la « rentrée » s’immisce dans notre quotidien.

Pour le blogueur, la rentrée et son cortège d’informations est une manne rare (j’aime beaucoup le son que fait « est une manne rare » quand etc. même si ça ne ressemble pas du tout au nom d’un site Inca). Or, pour ce qui me concerne, nada ! Moi qui était prompt à monter au créneau en des temps moins riches en scoops, je suis resté, ces temps derniers, profondément silencieux. A tel point que quelqu’un que je prenais pour un lecteur fidèle et qui, après vérification, s’avère être une lectrice, me donnait pour mort dans un commentaire récent. La perfide allant jusqu’à soupçonner que derrière le pseudonyme de « Cowboy » se cachait en fait Raymond Barre ou Pierre Mesmer (d’où un silence bien compréhensible).

En fait, la vérité est beaucoup plus simple. Je n’ai rien à dire. La chose politique était mon thème de prédilection, elle me laisse aujourd’hui pantois, asphyxié, vaguement incrédule. Trop, c’est trop. Qui trop embrasse mal étreint, dit-on, et à tenter de m’emparer d’un seul sujet d’actualité, je craindrais trop de refermer mes bras sur du vent. Depuis le coup d’état du 6 mai qui a bouleversé le fonctionnement des institutions et relègué cabinet du Premier Ministre et ministères au rang de chambres d’enregistrement, la matière est pourtant abondante :

Les cadeaux fiscaux, le lancement de la grande braderie du service public, le démantèlement minutieux de l’Education Nationale, les attentions répétées de riches patrons à l’égard d’un président en exercice (qui parlera enfin de « conflits d’intérêt », voire de forfaiture ou de prévarication ?), le même président qui remet en cause les principes fondamentaux de la justice, les missions pour le moins singulières dont une épouse (qui pour être présidentielle n’est pas pour autant élue du peuple) est investie, la grande course aux prébendes lancée par des responsables de gauche sans vergogne, j’en passe… L’indifférence, le fatalisme avec lesquels chaque nouveau scandale est accueilli (avec la complicité des médias) par l’opinion publique me dépasse. Serait-ce l’avènement définitif de TINA (There Is No Alternative), le slogan libéral lancé en son temps par Margaret Thatcher ?

Au risque de répéter un mot de Cioran à mon cynisme si doux : « je déambule à la périphérie de l’Espèce, comme un monstre timoré, sans assez d’envergure pour me réclamer d’une autre bande de singes ».

Mais chaque jour davantage je sens la nécessité de me mettre en quête.

PS Oui, bon… c’était juste pour rassurer « Expat’ à pattes » et lui donner une preuve de vie.

CowboyCowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Bonne année…

  1. michèle dit :

    Je m’étais promis de ne pas commenter, mais pour vous je fais une exception.
    J’ai aussi enlevé la majuscule parce que le Moi plus que jamais est haïssable.
    Je suis à votre tempo, dans le désenchantement. J’ai un avantage sur vous, je cultive mon jardin. Parfois je m’en remets aux mânes célestes et y trouve un certain apaisement, désabusé lui aussi. Bien à vous.
    Je trouve magnifique ce « je déambule à la périphérie de l’Espèce ».

  2. totem dit :

    On rit jaune à la lecture de Cowboy, mais l’empathie de nombreux blogueurs à sa prose désabusée, mais néanmoins comique, devrait l’encourager à poursuivre cette analyse caustique de la situation politique du pays, car ce n’est qu’un début !
    En ces temps de rentrée et de coupe du monde de ballon pas rond, le peuple semble devenu autiste, comme anesthésié par les sbires de la sarkozie. Cowboy vous tenez le bon bout: La dérision. Continuez. Merci.

  3. Cowboy dit :

    Michèle,
    Vous auriez tort de renoncer aux commentaires. Pour lire les vôtres ici et là, je crois pouvoir affirmer qu’ils sont attendus. Bien à vous.
    —————–
    Totem,
    Merci de vos encouragements. Je dois pourtant avouer que mon désenchantement aujourd’hui atteint jusqu’à mon goût pour la dérision. Un comble !

  4. Posuto dit :

    Mais comment expliquer le peu de réactions partout ? (oui, je radote, j’ai le droit, je suis vieille) Et aussi, je sens un glissement : de petites choses (d’après moi) font mini-polémique ou petit-scandale et d’autres faits, plus graves, restent dans le simple constat.
    Bon, je retourne creuser ma fosse pour la nuit ?
    Kiki

  5. titania dit :

    Oui, je suis d’accord avec toi, mon Cowboy, et ce sur toute la ligne.
    Mais ce gouvernement nous rend « Popstars » à la télé, alors il ne peut pas être si mauvais…

  6. Benjamin dit :

    Je sens une telle détresse sous-jacente dans ce billet – surtout qu’il y aura encore au moins quatre rentrées de cet ordre et vraisemblablement pires qui se succèderont que je me demande s’il ne faut pas envoyer Cécilia soutenir The Cow-boy…

    Enfin, bon courage de la part d’un autre qui ne fait « que » cultiver son jardin

  7. tilu dit :

    Vous avez le chic pour dire avec talent ce que je ressens bêtement….
    Je suis cryogénisée par l’avalanche de tout ce qui nous tombe dessus…. Fallait s’en douter que ça allait arriver, mais mon fond optimiste et humaniste me dit toujours que ça va pas être posible d’aller si loin quand même….
    Mais si, c’est possible…

  8. Cowboy dit :

    Ci-dessous, le commentaire auquel vous avez échappé (suite à une coquille, corrigée depuis, sur le verbe « immiscer », par moi orthographié avec un seul « m »). Reçu directement par mail (en raison de l’incorrigible tact de certains de mes amis) :

    Afin d’éviter le rouge aux joues inévitable de la correction orthographique via les commentaires qui suivent vos notes, le correcteur automatique des blogs du Monde vous adresse désormais directement à votre adresse mail personnelle le lien wiktionnaire adapté : http://fr.wiktionary.org/wiki/s'immiscer

    Après trois alertes, votre blog sera automatiquement suspendu et ne pourra être rouvert qu’après que vous ayez subi un test sous forme d’une dictée. Une note minimale de 19/20 déclenchera la remise en ligne de vos notes et commentaires.

    Signé : le correcteur automatique du Monde
    ——
    Note à mon généreux « proof-reader » : la préposition « après » ne peut précéder le subjonctif. Il fallait donc écrire « qu’après que vous aurez subi ». Euh… oui, je sais, le tact est une vertu très mal partagée. 🙂

  9. michèle dit :

    Non, mais je n’y crois pas ! Cela ressemble à un cauchemar. Votre com.ci-dessus. Les autres (ceux qui ne possèdent pas une utilisation correcte de la langue française) donc pas de blog et donc fermez votre gueule. Moi, j’ai une idée de génie, mais aussi un mal fou à passer à l’acte. Pour les assassinats, c’est bien, mais pour mon idée de génie c’est fort dommage. Cramponnez-vous Cow-boy moi je suis comme dans Titanic, Léonardo, dans l’eau glacée. Dans pas longtemps je lache. Le radeau et la politique et je cherche un monastère. Si si et ne me dites pas mais non.
    Ceci étant pour le com c’est parce que c’était la nuit alors à quatre du mat. commenter… Je m’étais juré de ne pas le faire et pour vous…Ah les faiblesses du coeur humain 🙂

  10. Cowboy dit :

    Ai-je laissé planer une ambiguïté ? Rassurez-vous, Michèle, le courrier reçu n’est rien d’autre qu’une facétie d’un de mes amis. 🙂

    PS encore une chose, Michèle, euh… votre idée de génie… euh… vous avez mon adresse perso… euh… je suis preneur 🙂

    PS’ Etre lu à 4heures du mat’… ça avait toujours été mon rêve. Merci !

  11. expat'à pattes dit :

    ah bon ? vivant ? flûte flûte flûte, j’avais déjà commencé mes recherches et même réussi à extraire du magma bloguisé virtuel voire néologique de la toile que même un ami à moi en Intelligence Artificielle n’a pas réussi à synthétiser, virgule, que vous n’étiez pas Raymond Barre.
    voila, reçu 5/5, c’est gentil de ne pas me laisser me faire un sang d’encre.

  12. Cowboy dit :

    Expat’à pattes,
    Merci à vous pour avoir été mon égérie le temps d’un billet.

  13. Saint Jean le Vieux dit :

    Je suis ancien, très ancien. J’appartiens à l’époque des bloggers à pied. J’ai marché jusqu’en Prusse, et j’en suis revenu. Ici, chez vous comme chez moi, il est difficile d’échapper au tintamarre nicolocecilesque (et maintenant largadien). Pour échapper à tout ça, je lis des gars comme le Cowboy, mais aussi mon collègue Pierre-Victor Tournier, sans doute le meilleur spécialiste du monde carcéral en France. Je l’ai vu travailler, et je parle de ma très relative autorité d’auteur d’un livre sur la lecture dans les prisons. Peut-être surprendrè-je les aficionados du Cowboy, mais je ne le vois vraiment ni du côté du désespoir ni de la dérision : c’est un moraliste sans moralisme, dans la lignée d’un Chamfort et avec quelques accents la rochefoucaldiens. Le blog est un genre légitime.

  14. Si la politique vous déprime trop, changez de sujet ! Pour un moment au moins, le temps que le moral revienne … J’aime bien aussi quand vous écrivez sur la non-politique 😉 Et ça vaut mieux que de passer pour mort (et/ou que d’être pris pour Raymond Barre ! ! ! !)

  15. Cowboy dit :

    Mon cher piéton, (oui, je vous ai reconnu sous vos hardes)
    J’ai pris l’habitude de répondre à la plupart des commentaires. Mauvaise habitude. Résultat : voici plus de 24 h que je tourne autour de la réponse que je pourrais vous faire. Vous ne me facilitez pas la tâche. Vos compliments et votre fidélité me touchent mais vous m’associez à des pointures beaucoup trop grandes pour moi (et je ne parle même pas de la marque. Vous évoquez Weston et vous entrez ici chez Bata !).
    Bref, vous m’obligez à vous remercier les yeux baissés et les mains en coquille sur le sexe. J’ai l’air malin !!!
    (Bien sûr, je ne dirai rien de votre blog fermé… on se fâcherait.)
    ——————
    Madame de K.
    Sans compter que je ne peux même plus faire le coup du mort, je l’ai déjà fait. Je vais réfléchir à votre conseil. J’ai qq sujets en réserve : mes courses à Champion, l’achat de la P***geot 206, H. qui m’a bousillé la porte du garage… je vais voir.

  16. kbindallas dit :

    En effet, que dire devant ce pays assoupi, hébété, désemparé qui, parce qu’il attend l’espoir voire le salut, encaisse sans broncher les coups de butoir assénés depuis le palais présidentiel.

    Ce qu’il faudrait, c’est une conscience, une mouche qui pique le cheval endormi, un abruti qui cogne sur l’échafaudage du maitre président à l’oeuvre, un chieur, un empêcheur de tourner en rond. Or pour l’instant, hormis de Villepin qui en a après le petit vibrion pour des raison personnelles, il ne se trouve pas grand monde pour balancer des clous sous la voiture du président.

    Mais après tout, c’est un choix démocratique. Ainsi soit-il. Rendez-vous dans 5 ans.

    Au fait la voiture, de quelle couleur?

  17. Non, mais c’est sûr, ça ne va pas durer.

  18. Titania dit :

    La nouvelle voiture ne va pas durer?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s