Et si…

… on reparlait de Nicolas Sarkozy ?

Nicolas SarkozyC’est vrai, quoi, ça fait longtemps. Autant j’ai dit du mal de lui avant le 6 mai, autant je me suis fait discret depuis son élection. On en conclura que je suis un bon citoyen, respectueux du verdict des urnes. On aura raison sur un point : je suis effectivement un citoyen fréquentable. Pour le reste, j’ai simplement tendance à penser que les imbéciles ont ce qu’ils méritent et que le scrutin du 6 mai en est l’illustration parfaite.

Que je souffre de subir un président de droite, chantre du libéralisme le plus sauvage, c’est mon problème. Que je fasse le constat que, pour la toute première fois, nous avons un président inculte, qui a signé plus de livres qu’il n’en a lus et qui se réclame ouvertement de l’inculture, c’est encore mon problème et je n’ai pas à faire étalage de mes frustrations.

Mais, disais-je, parlons de Sarkozy. De Sarkozy, parlons.

L’homme est en vacances. Aux Etats-Unis d’Amérique. Au bourg du loup, ou, dans l’idiome local, à Wolfeboro, dans une luxueuse villa.

Ah ! La luxueuse villa ! Ce que ça a pu faire jaser tout de même ! Et de quel droit qu’il va péter dans la soie, not’ président ? Et combien ça coûte ? Et qui c’est qui paie ? Et patati et patata… Souvenez-vous lorsqu’il était allé faire du cabotage sur le yacht de Vincent Bolloré, à Malte, qu’est-ce qu’on n’avait pas dit ? Et voilà que ça recommence !!! Mon Dieu, ce que les gens sont méchants ! Peuvent pas lui ficher la paix, non ?

Personnellement, je rentre du Québec, où je suis descendu dans des motels et des hôtels 4 étoiles, seuls établissements dignes de me recevoir. J’ai loué une luxueuse automobile et j’ai dépensé sans compter (ou alors juste un peu). Ah mais ! Et rappelez-vous, si vous lisez régulièrement ce blog, qu’à Pâques déjà, je m’étais offert en Italie des prestations similaires. N’avais-je pas évoqué -et avec quelle ostentation ! quelle morgue !- la Locanda di Palazzo Cicala de Gênes, cet ancien palais où F., J. et moi nous étions gobergés pendant deux jours et deux nuits.

Pourtant aucun lecteur n’a, à ce jour, jugé utile de me montrer du doigt, de stigmatiser mon goût du luxe, de dénoncer l’arrogance de mes villégiatures. Et ferait beau voir que quelqu’un s’y avisât !!! Re-Ah mais !!!

Or, diable, qu’est-ce qu’on va faire ch** not’ président à nous qu’on a élu ? L’a bien le droit d’aller en vacances, non ? L’a bien mérité un peu de repos, non ? D’autant plus qu’il s’est rendu là-bas sur l’invitation d’amis à lui. Comme il s’était rendu à Malte sur l’invitation d’amis-à-lui-aussi. Finalement, ses vacances vont lui coûter moins cher qu’à moi qui ai très peu d’amis et qui sais pourquoi. S’il a tant d’amis, not’ président, c’est la preuve qu’il doit être vachement sympa en privé. Sinon, on ne l’inviterait pas. Alors, les jaloux, les fesse-mathieux, vos gueules, les mouettes ! Z’avez qu’à être gentils vous aussi et on vous offrira des belles vacances.

Est-ce sa faute, à not’président, s’il n’a pas d’amis pauvres ? Est-ce que j’ai des amis riches, moi ? Y va tout de même pas passer une annonce dans un gratuit pour dire : « Cherche pauvres susceptibles d’offrir séjour tous frais payés dans mobile home, au camping municipal de Dunkerque » ? Je vous fiche mon billet que ceux-là mêmes qui le harcèlent aujourd’hui le traiteraient de démagogue.

Remarquez bien qu’il s’est pas laissé faire le Sarko ! Et comment qu’il te leur a répondu ! Je me souviens. On regardait chacun un programme différent sur les trois télés de notre suite à l’Auberge de l’Ambassadeur à Amqui (en Gaspésie) et J. s’est écrié : « Y a Sarko sur la… je sais plus laquelle mais F. et moi, on a aussitôt zappé. Et on l’a vu, not’ Sarko. En chemise blanche, manches longues retroussées, décontract’, légèrement dépoitraillé, un hâle très chic sur le minois. Il devait être sur la pelouse de la luxueuse villa en question. Y avait tout plein de caméras avec des micros tendus vers lui, et lui, tout sourire, pas démonté pour un sou. Il s’est soumis au feu roulant des questions sans la moindre gêne et son visage sentait bon la sincérité (faudrait être aveugle ou carrément malhonnête pour ne pas l’avoir remarqué). Il s’est exprimé en français, après avoir précisé : « Exquiouze mi, maille Inegliche iz seau bade » et je crois même qu’il a ajouté « No goude » pour ceux qui n’auraient pas entendu dans les rangs du fond. Aussi sec, ça a ri et pouffé dans l’assistance. Sacré Sarko, l’a pas son pareil pour vous détendre une ambiance.

Et qu’est-ce qu’il a dit ? Eh ben comme j’ai dit justement. Mot pour mot. « Comment ça ? J’ai pas le droit de prendre des vacances, comme tout le monde ? » (oui, le « comme tout le monde » était peut-être de trop, mais comprenez… dans le feu de l’action, l’impro… des fois…), et paf ! « J’ai pas le droit d’avoir des amis ? », et re-paf ! « Mes amis n’ont pas le droit de m’inviter ? » Et re-re-paf, sur le blair ! Ah, j’aime autant vous dire que devant tant de bon sens, il l’ont pas ramené les folliculaires !!! Y te leur a bien coupé la chique, le Nico !

C’est que faut pas trop le chercher. C’est un malin. Avec lui, y a pas de sujet tabou. T’y poses la question que tu veux, y te réponds… Euh… non, en fait, non, c’est pas tout à fait ça. C’est mieux. Relisez le paragraphe précédent. Sarkozy ne répond jamais aux questions. JAMAIS. Z’aviez pas remarqué pendant la campagne ? Quand on lui pose une question, Sarkozy en pose une autre. « Ah ! Vous voudriez que je défende les délinquants, c’est ça ? », « Ah ! Parce que vous pensez qu’arracher le sac d’une vieille dame, c’est bien ? », « Alors d’après vous, il suffirait d’inscrire son enfant à l’école pour voir sa situation régularisée, c’est ce que vous voulez dire, n’est-ce pas ? », etc. Ne me dites pas que vous ne vous souvenez pas de ces saillies ? C’est malin, hein ? Et vous remarquerez qu’il ne se trouve jamais un seul journaliste pour lui dire : « Ici, c’est moi qui pose les questions ! » Non, non, ils restent bouche bée, sans voix, respectueux et séduits. Certains pensent peut-être : « Quel enfoiré tout de même ! » mais ils ne le disent pas.

Oh, bien sûr, il y a parfois un mariole qui fait du zèle. Tiens, là, justement, il y en a eu un pour faire une digression sur l’affaire des infirmières-bulgares-même-pas-françaises-qu’on-a-fait-libérer-quand-même et des contrats de vente d’armes à la Lybie. Ça a donné quelque chose du genre : « Et vous n’avez pas le sentiment d’avoir un peu mangé votre chapeau pour vous faire mousser dans cette affaire ? » Bon, c’est pas la lettre, bien sûr, mais c’est l’esprit. Eh ben, croyez qu’il a été embarrassé not’ Sarko ? Que nenni ! « Ah bon ? » a-t-il répondu, « Ainsi, vous voudriez m’empêcher de donner du travail aux ouvriers français, c’est ce que vous voudriez alors ? » Et vlan, passe-moi l’éponge et vlan, fais-moi guili !

Je ne voudrais pas tomber dans le mauvais goût (quoique l’exemple vienne d’en haut) mais c’est une chance qu’il n’y ait plus de marchés porteurs pour les fours crématoires. Je suis persuadé qu’on a, de par chez nous, des spécialistes de la brique réfractaire en mal de turbin. Avec une politique aussi volontariste, on aurait tôt fait de relancer le recrutement. Pourquoi, en attendant une embellie de ce côté, ne pas vendre du plutonium à la Corée du Nord tant qu’on y est. Ça donnerait du boulot à la COGEMA !

Je rappelle encore que notre pays a produit des mines anti-personnel de toute beauté. Qui dira combien de bras et de jambes ont été arrachés net grâce au génie français ? Que les apprentis dictateurs se le tiennent pour dit, nous restons à l’écoute et nous disposons d’une industrie de l’armement performante, d’une main d’oeuvre qualifiée, riche d’un savoir-faire éprouvé sur tant de champs de riz et en recherche permanente de nouveaux débouchés. Signez là, on s’occupe du reste.

Quoi ? Ça regimbe ? Ah bon, alors si je comprends bien, vous préférez un plan social chez AXA ? C’est bien ça ? Les travailleurs apprécieront.

CowboyCowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Et si…

  1. Michèle dit :

    Punaise, à peine rentré et la rage vous reprend ! Vous alors…Je souffre aussi du président élu par certains. C’est mieux non de souffrir à plusieurs ? Quant aux vacances luxueuses, le coût de la location fait un an ou deux de salaire du péquenot moyen dont je fais partie. Mais au diable l’avarice. Les amis de mes amis sont mes amis. Drôle votre post… Sur un billet de Pierre Chantelois, j’ai failli (et je me suis retenue, oui, oui, belle éducation) demander à un dénommé « global » de m’inviter dans son chalet au bord du lac. Je ne suis pas putassière, j’aimerai parfois. Mme S. elle, a eu le fils du Fouquet’s comme amant puis un bateleur public médiatique et elle continue avec un autre bateleur. Source le nouvel obs. Le mystère Cécilia « comment avancer dans l’ascenseur social grâce à son… ». Moi, naïve, (fantasme du bûcheron eh oui pas du fils du Fouquet’s) je croyais à l’ascenseur social au sein du système éducatif français. Faudrait pas que je revoie ma copie ? Je partage aussi votre rage, et j’aime votre dérision.

  2. Cowboy dit :

    Merci, Michèle.
    S’agissant du coût global des vacances de M. Sarkozy (la location à plus de 20000 euros la semaine de la villa n’est qu’une simple ligne dans le budget total), il semble que l’on s’accorde sur une facture s’élevant au bas mot à 200 000 euros. Ce qui fait deux cents mois de SMIC -calculé sur la base de 1000 euros-, soit 16 années de labeur pour le « péquenot » moyen, et 33 mois de salaire de Sarkozy lui-même qui émarge à 6000 euros mensuels. Sachant qu’il a déjà dû cracher au bassinet pour ses qq jours à Malte il y a deux mois, les comptes de notre président sont assurément dans le rouge. Même en mettant le c** de Cécilia à contribution, je ne suis pas certain que le couple parvienne rapidement à assainir ses finances. 🙂

  3. Posuto dit :

    L’air québécois rend encore plus incisif (c’est une constatation).
    Un plaisir à lire.
    Par contre, j’ai préféré la photo de l’orignal à celle de notre Président. En même temps, ce billet illustré par une photo d’orignal perdrait de son impact. Enfin, je crois.
    Kiki 🙂

  4. André dit :

    Vous voudriez peut-être que, face aux médias, Sharko fasse montre de la subtilité pleine de finesse d’une Ségolène? C’est ça, si je vous comprends bien?

  5. Cowboy dit :

    Mon cher André,
    Surtout, ne le prenez pas mal… mais je vois, au travers de votre réponse en deux questions, que la rhétorique sarkozienne a fait des émules (mais bon, c’est sûement un clin d’oeil). Maintenant, permettez-moi, à mon tour de vous en poser quelques-unes :
    1- Où est-il question de Ségolène Royal dans ce billet ?
    2- La mise en évidence des infâmies sarkoziennes suppose-t-elle une adhésion, une dévotion sans borne à Mme Royal ?
    3- La subtilité et la finesse effectivement perfectibles de S. Royal justifient-elles qu’on leur préfère l’obscénité sarkozienne ?
    J’en aurais d’autres. Je vous les épargne.
    Une dernière chose toutefois. Tous les commentaires sont les bienvenus sur ce blog. Qu’ils m’encensent, me flattent ou me contredisent, peu me chaut (au risque de vous surprendre, je préfère pourtant les deux premières catégories). Je n’ai qu’une exigence à l’endroit de mes contradicteurs : qu’ils argumentent, que diable ! Je l’ai écrit cent fois, l’expression d’un désaccord sans argumentaire est et reste un tag, un graffiti, qui soulage sans doute les agacements que je peux -bien involontairement 🙂 déclencher mais qui ne sauraient suffire à convaincre un lectorat que je sais exigeant et gourmand d’idées bien ficelées.
    Allez-y, sabre au clair, lâchez-vous, c’est un peu mou tout ça, mettez-y du muscle, développez, démontez, démontrez !
    Bien à vous.
    C.

    PS au fait, encore une question : « Sharko », le « requin »… c’est une coquille ou un lapsus linguae ?

    NDLR lire plus bas le second commentaire d’André qui montre que je n’avais rien compris. Je laisse néanmoins le commentaire ci-dessus qui me ridiculise… ça réjouira mes ennemis. 🙂

  6. Cowboy dit :

    Très franchement, Kiki, j’avais d’abord pensé illustrer ce billet avec mon orignal dont je suis si fier. Si vous m’aviez vu, pendant l’approche, avec ma couronne de feuilles sur la tête, le visage badigeonné de crottes de cervidés -et oui pour l’odeur !- aussi silencieux qu’un Iroquois sur le sentier de la guerre !!!! Et puis je me suis dit… avec les cornes… y en a qui vont penser qu’il y a un autre message, plus mesquin, plus insidieux…

  7. André dit :

    Ma foi, je suis confus que ma tentative d’humour, certes fort elliptique, ait déclenché votre ire. Sachez que loin de m’avoir agacé, votre envolée -dès l’atterrissage- contre notre ludion national m’a ravigoré et fait reprendre un tout petit peu de confiance en l’humanité. Rien que ça.
    Quant à mon commentaire, malgré son inintelligibilité, et toute honte bue, j’en rigole encore! J’avais commencé quelque chose de plus lourd (et explicite), mais finalement j’aime bien mieux la version toute nue ci-dessus. Vous voudriez peut-être que je prenne votre lectorat, pourtant habitué aux formules étincelantes qui font votre marque, pour des gens exigeant tous les points sur les « i »? C’est ça, hein? Euh… ouhla… bon j’arrête héhé.
    Comme quoi, l’expression précise d’idées par Internet, c’est une affaire de spécialistes.

    PS: « Sharko », c’est le surnom dont ma femme (qui ne parle qu’anglais) affuble le président des 53 autres %. Contagieux, on dirait.
    PPS: je me demande si Sharko va pas la faire bientôt. Je veux dire genre « vous voudriez peut-être que je m’exprime comme Ségolène, en répondant aux questions par d’autres questions? c’est ça, hein? ». Et il ajoutera « on ne m’empêchera pas de renoncer à la langue de bois, d’être honnête, clair et précis lorque je parle aux Français. Vaincre la pensée unique ne pourra se faire qu’à ce prix ». On parie?

  8. Ah les vacances au Québec. Je vous sens tout requinqué. J’aime bien qu’on parsème un peu d’acide, pas trop tout de même, à travers les mots. Les petites phrases assassines qui, l’air de temps, vous en foutent plein la g… ! (N.d.r.: mots inhabituels qui viennent d’apparaître dans le vocabulaire de l’auteur par obligation de circonstances).

    Bon je retarde mes vacances quelque peu pour reprendre le plaisir de venir lire ce qui se dit de bien sur le président bien-aimé.

    Pierre R. Chantelois

  9. Je me sens toute petite moi à côté avec mes histoires de souris du métro. D’ailleurs, c’est jamais une journée ratée quand j’en aperçois une au détour d’un rail. Toujours aussi affairée à je ne sais quoi, la bouille grise et barbouillé.
    Si je pouvais faire un dessin de ma tête, je le ferais, tient. Juste pour dire que je suis très contente de constater, jour après jour, que les blogs et internet(s) ne sont pas constitués seulement de gens ki parle kom des onomatopé rempli de fote dortogrfe illisibles dénués de sens. Je suis contente de lire des trucs bien écrits sans fautes, réfléchis, intelligents. Concernant mon avis sur la question, je m’abstiens. Parce que en 1 mot, heu. Je n’ai pas besoin d’internet pour m’énerver ou échanger mes idées (tiens t’as vu celle-là j’lai en double, j’te l’échange contre celle-là, j’lai pas celle-là, je pourrai finir mon album comme ça allez steuplé).

  10. Cowboy dit :

    Désolé, André, même si je vous en veux un peu de me prendre à mon propre piège : celui du degré énième. 🙂 🙂
    Tant pis pour ma fiole, ça m’apprendra à faire le malin.
    N’empêche que je suis bien content, parce même s’agissant d’un authentique dévôt de Napoléon le Petit, ça m’aurait ennuyé de lui faire de la peine. Si, si, juré.
    A+
    C.

    PS et en plus, André, il se trouve que votre second commentaire s’était injustement retrouvé en « attente de modération ». Les modérateurs du Monde m’auraient-ils à la bonne ? 🙂

  11. Cowboy dit :

    Soyez tranquille, « la petite histoire », ce n’est pas la souris, ni le métro, ni même l’histoire qui comptent, c’est la manière, le style, son coup de nerf, ses biscottos, c’est le ton, l’authenticité, etc. et sur ces dossiers-là, rassurez-vous, vous ne craignez personne.
    A+

  12. Merci merci. Ça fait chaud au cœur.
    Petit smiley : 🙂

  13. Posuto dit :

    Heu, ben si moi ça m’avait choqué vos vacances somptuaires en Italie et au Québec. Moi qui me tape le Leclerc de Lure et le Cora de Vesoul pour unique dépaysement tout l’été, hein, comme quoi on est toujours le sous-prolétariat de quelqu’un…
    Salaud de riche !..
    😉
    RV

  14. bob dit :

    A mon avis, vu la façon dont vous avez intégré le discours et les méthodes de Sarkozy et vu votre capacité à les rendre, vous êtes mûr pour intégrer son équipe.
    Je crois qu’il est toujours à la recherche de conseillers…

  15. Cowboy dit :

    RV,
    L’accès aux vacances somptuaires est accessible à tous. Mais évidemment, c’est pas en bossant 35 heures (voire 18, comme certains… suivez mon regard) qu’on peut s’offrir des vacances somptuaires. 🙂 🙂
    ——————–
    Bob,
    Pour tout vous avouer, des contacts ont été pris. C’est sur le montant du « golden hello » que les négociations achoppent pour l’instant.

  16. bob dit :

    C’est surement votre récent séjour au Québec qui a développé votre anglais, mais expliquez moi le « golden hello » ?
    merci

  17. Cowboy dit :

    Bob,

    Le « golden hello » (bonjour doré) est simplement à l’arrivée d’un dirigeant ce que le « golden parachute » (parachute doré) est à son départ. Le « golden hello » est la prime de bienvenue, le « golden parachute » est l’indemnité de départ. M. Noël Forgeard a ainsi récemment défrayé la chronique en quittant EADS avec un « golden parachute » de plus de 8 millions d’euros auxquels s’ajoutaient les plus-values considérables qu’il avait réalisées en vendant, au meilleur moment et au meilleur taux, les actions qu’il possédait à titre personnel dans l’entreprise qu’il était en train de couler.
    L’objectif du « golden hello » est de créer une force d’attractivité pour des dirigeants convoîtés qu’une entreprise entend débaucher de la concurrence.

  18. Posuto dit :

    Cowboy, comme d’hab votre acuité a percé mon armure et dénudé mon p’tit coeur tout mou, comme chante une moins pire que Delerm… C’est évident ! Je veux plus de boulot ! Tout salaire mérite travail Bordel !!!
    Merci encore, et si vous avez un peu de ménage à faire pensez à moi !
    RV
    ( 🙂 )

  19. totem dit :

    Pour mémoire, le fabricant de feux d’artifices Lacroix (près de Toulouse dans l’Ariège) avait été traîné en justice par l’association Agir ICI car il fabriquait aussi des mines anti-personnelles. lacroix a méchamment contre attaqué en plaidant la diffamation et tout le toutim. Mais au final Agir ICI (aujourd’hui intégré à OXFAM international) a gagné. c’était en 1994 si mes souvenirs sont bons.

  20. Titania dit :

    Tout ça est bel et bon, mais revenons sur cette histoire de contravention: t’a-t-on arrêté, comme il est de mise un peu plus au sud, j’entends aux Etats-Unis, la main sur le holster, les jambes arquées tel Lucku Luke prêt à dégainer au moindre geste suspect de l’individu douteux que tu es et l’air chafouin sur le visage, ou le policier québécois t’a-il tapé sur l’épaule, demandé « Comment tu vas-tu bien mon maudit cousin? », raconté l’histoire de la Fresque des Québécois et accessoirement, filé l’amende avec regrets-mais-c’était-pas-sa-faute?

  21. Cowboy dit :

    Titania,
    L’amende pour excès de vitesse aux USA avec simili poursuite, j’ai connu aussi. Il y a qq années. Là, c’était une policère. Qui, précisément, me l’a fait avec regrets-mais-gna-gna. C’est à cet instant précis que ça a failli basculer. J’avais été tout à fait courtois, beau joueur même, mais là… Et quand je lui ai dit (quoique de façon rhétorique) où elle pouvait se les mettre ses regrets, y a eu, calice de tabernak, comme un flottement. Mais bon… Et pour faire bonne mesure, je lui ai dit que c’était une bonne chose qu’elle ne m’ait pas arrêté la veille parce que je pensais encore que les indications étaient en miles. On s’est quittés sans s’embrasser. 🙂

  22. krapao dit :

    Un plaisir de lire ces textes…

  23. Titania dit :

    Juste pour savoir, t’avais dépassé la limite de combien?

  24. Cowboy dit :

    Merci, Krapao, je suis rouge de confusion 🙂

    ————————————————-
    Titania,
    Avant ou après freinage ?
    Bon, d’toute façon, réponse en privé…

  25. Titania dit :

    Ok, j’attends ta confidence…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s