Consolation à M. Cowboy

Une fleur

Photographié cette fleur, hier, dans le jardin. Sait pas ce que c’est. On m’a dit : « elle s’ouvre le matin et meurt le soir même ». J’ai vérifié, c’est vrai. Sur le coup des dix-neuf heures, il ne restait plus qu’une espèce de petit sac blanchâtre, ratatiné, pendant au bout de la hampe. Franchement, c’était bien la peine de se pomponner comme ça. Un tel destin dût-il un de ces quatre jours m’échoir, il me semble que je ne me raserais même pas.

CowboyCowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Consolation à M. Cowboy

  1. Je dirais « hémérocalle », aussi appelée « lys d’un jour », mais variété ???

  2. Posuto dit :

    Moi, j’ai seulement un brelan, alors je passe.
    Sinon, question temps, peut-être que pour une fleur, une journée, c’est tellement long que certaines fomentent des guerres et que d’autres chantent des airs d’Opéra aux papillons …?
    Quelqu’un a vu mes gouttes ?
    Kiki 🙂

  3. Diana dit :

    Those are known as Day Lilies in the states. They open at sunrise and wither at dusk.
    There are many varieties. Some bloom at night. My grandmother called them her ‘moon flowers’.

  4. Cowboy dit :

    « day lily » vs « lys d’un jour ». Same as in French. I googled it in Google Images and found hundreds of them with different colors. Wonder how it came to grow in the garden. F. did not remember sowing it.

  5. Je viens juste de comprendre ton titre !…
    « Et rose elle a vécu ce que vivent les roses, l’espace d’un matin »

    J’en profite pour faire de l’auto-promo tiens : http://laminute.canalblog.com/archives/2006/06/25/

  6. fabiani dit :

    Vivre un seul jour dans un état de plénitude, comme ce lys inattendu, cela suffirait sans doute. Je félicite Madame de Keravel, sans rancune pour son indifférence presque rageuse quand j’ai trouvé une réponse sur ce blog.

  7. Eva Almassy dit :

    Alors c’est là, sous l’image de cette fleur, que je dois (aussi) parler de mon amie Lisa, l’écrivain, la conteuse, la fragile Lisa Bresner, qui s’est donné la mort samedi aux petites heures du matin.

    http://libellules.blog.lemonde.fr/2007/07/30/lisa-bresner-1971-2007/

    Parce que tout le monde ne la connaît pas mais peut encore la connaître : les livres restent ouverts.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s