Le pilleur de cimetières

Philip Henry Sheridan aka Nicolas SarkozyTout au long de sa campagne, Nicolas Sarkozy a cité un grand nombre d’écrivains ou de personnalités politiques empruntés à l’Histoire : Voltaire, Carnot, Gambetta, Jules Ferry, Clemenceau, Jaurès, Salengro, Léon Blum, etc. Ces hommes ont deux points communs qui ne font pas débat : ils sont morts et s’inscrivent tous dans une tradition humaniste et de gauche.

Dès le 15 janvier, au lendemain du discours d’investiture de Sarkozy, François Hollande avait crié à la « captation d’héritage ». J’aurais dit plus simplement : « Tu manques pas d’air, enfoiré ! » mais c’est sûrement pour ça que je n’ai aucune responsabilité politique au niveau national.

Le 18 avril dernier, Jean-Noël Jeanneney, historien, signait un excellent article en page 23 du Monde, intitulé : « Un peu de pudeur, M. Sarkozy« . Il dénonçait l’indécence qu’il y avait pour le candidat de l’UMP à s’approprier ces grandes figures de l’histoire qui, toutes, avaient eu, en leur temps, à souffrir les attaques des conservateurs que M. Sarkozy incarne aujourd’hui. De Voltaire, embastillé, à Salengro que la presse de droite accula au suicide, la tradition dont le candidat libéral est issu n’a eu de cesse de combattre, avec toute la férocité dont elle est capable, tous ceux qu’il invoque. Jean-Noël Jeanneney concluait sur l’impudeur d’un homme qui attend « que les leaders de la gauche soient morts pour les aimer à titre posthume » (sic).

Il y a en effet quelque chose d’un général Sheridan chez Sarkozy. Le premier aurait affirmé « qu’un bon indien est un indien mort ». Sarkozy nous dit, au travers de son florilège politique et littéraire, qu’un bon socialiste est un socialiste mort.

Je me souviens du jour où Lionel Jospin avait accusé la droite d’avoir été esclavagiste et antidreyfusarde. Tollé ! J’avais trouvé ça un peu fort de café dans la mesure où il était facile de démontrer la vérité de l’accusation. Au lieu d’ajouter, comme il aurait dû le faire, que la droite s’était également arrogé le monopole de la collaboration, Lionel Jospin s’excusa !!!

Qu’on ne se méprenne pas. Loin de moins l’idée d’affirmer que la gauche n’a produit que des gens fréquentables. Simplement, si l’on soumet le cours de l’Histoire à ‘l’oppressio-mètre », y a pas photo et la droite conserve une bonne longueur d’avance.

Bien sûr, on pourrait se demander pourquoi Sarkozy est allé piller l’héritage de gens qui le combattraient avec la dernière énergie et le même talent qu’ils ont combattu ses prédécesseurs. Pourquoi aussi, son fidèle bras droit, Fillon, est-il allé jusqu’à faire des copiés-collés dans certains discours de Jaurès pour mieux servir les viles intentions de son petit maître. Je crois que la raison en est simple. Lorsqu’on veut séduire l’électeur, on ne peut que se réclamer de figures ayant exalté des valeurs de progrès, des valeurs d’humanisme. Si Sarkozy en avait trouvé un seul dans les rangs de la droite historique, il n’aurait pas manqué d’y faire référence. Seulement, voilà… nada !

Maintenant, je peux me tromper. Indécrottablement de gauche, j’ai certainement des références et des lectures sélectives. J’en appelle donc à l’érudition de mes lecteurs pour porter à ma connaissance des plumes ou des politiciens de droite porteurs de valeurs de progrès social.

Cette proposition prendra la forme d’un jeu. Pour chaque humaniste de droite cité en commentaire -et après validation par Maître Jaunâtre, huissier de justice-, j’en citerai deux de gauche. C’est réglo, non ? Le premier qui sèche ou qui « donne sa langue » a perdu. D’ac ? Allez, je commence. Puisque je parlais de l’esclavage et de l’affaire Dreyfus, je pose Victor Schoelcher et Emile Zola. A vous…

CowboyCowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Le pilleur de cimetières

  1. Posuto dit :

    Je sèche.
    (incroyable, non ?)

    Kiki

  2. Cowboy dit :

    Déjà ? Le billet était à peine cuit. Je l’avais même remis au four pour dorer un peu le dessus et quand je le ressors, qu’est-ce que je vois-t-y pas ? Vous aviez déjà mordu dedans. Gourmande, va !
    Et en plus, éliminée dès le premier tour. Ouah, la nulle !

  3. Giscard il a fait Vulcania. C’est pas de progrès et humaniste ça ? Le loisir éducatif des familles et tout ça.
    Et Pompidou a fait Beaubourg et le musée d’art comtemporain. Mais tu vas me dire, c’est pas des idées … Mais si ! Faire connaître l’art contemporain à la France d’en bas, c’est pas beau ?
    Bon et puis t’es quand même très fort toi ! Tu me mets au défit et je me mets à défendre la droite ! ! ! ! ! ! ! Bon, je vais prendre une douche froide …

  4. Cowboy dit :

    Lorsque j’ai proposé l’accordéoniste à Maître Jaunâtre, j’ai bien cru qu’il allait s’en étouffer. Quant à Pompidou, sa réaction a été sans appel. Pourquoi pas Monsieur Thiers, Guizot ou Maurice Barrès tant qu’on y est, qu’il a dit ?
    J’ai plaidé pour vous, au nom de l’impact positif que le centre Beaubourg a eu sur la culture prolétarienne au cours des trente dernières années… Il a soulevé les épaules mais a mis le tampon.
    Voici donc deux nouvelles propositions pour le camp de la gauche :
    Léo Lagrange, celui que la droite appelait le « ministre de la paresse » (pour avoir sans doute créé les colonies de vacances), et Mendès-France, l’artisan de la décolonisation.

    PS la douche froide me paraît tout de même une bonne idée.

  5. Jean Phi dit :

    Tiens, un article qui te (ré-)confortera :
    http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/250277.FR.php?rss=true
    Et pour me faire l’avocat du diable (sportif), une prise de position de sportif :
    http://www.liberation.fr/actualite/societe/250799.FR.php?rss=true
    mais, bon, ça compte pas, il est noir et a des lunettes…

  6. Cowboy dit :

    Howdy ! Jean-Phi,
    Je viens de constater que ton tout premier commentaire avait été relégué dans le dossier « awaiting moderation ». Sans doute à cause des liens puisque nous ne pratiquons ici (du moins jusqu’à ce jour) aucune forme de censure.
    Je connaissais le premier article. Je m’en vais lire le second.
    Back from Brittany ?

    PS et bravo pour avoir déniché une prise de position sportive (qui ne soit pas qu’une simple prise d’élan). Presque aussi dur à trouver, présumé-je, qu’une figure fréquentable de la droite éternelle. 🙂

  7. Benjamin dit :

    De Gaulle, quand même à la libération. Ah c’est vrai, son gouvernement était de gauche aux 2/3…

    Clemenceau peut être aussi (journée de huit heures) Ah c’est vrai, après répression sauvage des mouvements sociaux et emploi de méthodes de basse police.

  8. Cowboy dit :

    De Gaulle, comme figure de la gauche éternelle, ça le fait pas vraiment. Même en prenant en compte ce court passage (en attendant le 18 brumaire 58) qui nous valut la Sécu.
    Quant à Clemenceau (Damned ! je découvre grâce à vous que le nom ne prend pas d’accent… je corrige, merci), ça marche pas non plus, vu que… justement, il est de gauche (et cité dans le billet). Personnage contrasté, certes, mais clair sur l’affaire Dreyfus et sur la prétendue inégalité des races soutenue par… Jules Ferry !!!!

  9. makhno dit :

    D’accord avec vous Cowboy, Jules : « les races supérieures ont des droits sur les races inférieures » me paraît être l’homme de droite le plus à même de rivaliser avec les autres, en plus, il est fort à la mode en ce moment, ce vieux Jules.

    Vous dites ?

    Ah oui, de gauche aussi, décidément, les « meilleurs » penseurs de droite sont toujours des hommes de gauche alors, à part De Gaulle bien entendu.

    Cordialement

  10. Cowboy dit :

    Doucement quand même… Nestor, s’il faut dénoncer sans réserve cette connerie majuscule de Jules Ferry, il faut tout de même la replacer dans un contexte bien différent de celui d’aujourd’hui. Elle reste impardonnable mais ne doit pas occulter ce que l’on doit au même Jules.
    Ses « dérapages » sur ce dossier sont de la roupie de sansonnet au regard des nouvelles lois de la génétique promulguées récemment par Napoléon le Petit. Non ?

    PS C’est drôle, malgré le pseudo, je percevais mal le sens du commentaire. Je viens de lire -c’est fou comme on peut suivre les gens à la trace 🙂 celui que vous avez laissé à propos de mai 68 sur « as-tu pris tes comprimés ? » Je suis rassuré. Chapeau !

    PS’ n’empêche, chaque fois qu’on propose un jeu, qu’est-ce que ça participe ! Ce peuple est sacrément joueur.

  11. Pour laisser une chance à mes petits camarades, je m’abstiendrai de concourir cette fois-ci…
    Parce que je suis partageuse.
    Et aussi par délicatesse et humilité : ici

  12. Cowboy dit :

    A jehaismesvoisins,
    J’ai suivi le lien… ça ne prend pas… on voit très bien que le document est simplement posé devant une toile dont le cadre arrogant laisse augurer du prix et en dit long sur les revenus du foyer…

  13. Pffff!
    Vous n’avez pas le monopole du leurre…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s