Intermède

Il y a quelques années, choquée par mon inculture musicale, Comtesse avait entrepris de me dispenser une formation à distance qui prenait la forme quotidienne d’un fichier mp3, déposé à la vesprée dans ma boîte mail et que je dégustais, à l’aube, entre mon café et mes tartines. Période bénie dont je garde un souvenir ému et dont il me reste quelques titres que j’écoute encore en boucle sur mon lecteur mp3. Il y avait Sheryl Crow, les Dixie Chicks, Lyle Lovett, Hoyt Axton, Gordon Lightfoot, Cyndi Thomson, John Denver, B. N. Chapman, Indigo Girls, Trisha Yearwood, Sarah McLachlan, Don McLean, etc. pour ne citer que les noms qui me reviennent spontanément en mémoire.

Récemment, en écoutant « Vincent » de Don McLean, j’ai eu l’idée d’explorer les ressources du Web 2, histoire de voir si je ne trouverais pas quelque vidéo du morceau en question. J’ai trouvé ça…

NB le clip semble très lent à charger, soyez patients et attendez le téléchargement complet pour en profiter. Les amateurs pourront récupérer le fichier, au format .flv via Keep Video… Comment on dit ? Merci ? Merci qui ? Mon chien ?

 

“Vincent”, by Don McLean

Starry starry night
paint your palette blue and grey
look out on a summer’s day
with eyes that know the
darkness in my soul.
Shadows on the hills
sketch the trees and the daffodils
catch the breeze and the winter chills
in colors on the snowy linen land.
And now I understand what you tried to say to me
how you suffered for your sanity
how you tried to set them free.
They would not listen
they did not know how
perhaps they’ll listen now.

Starry starry night
flaming flowerrs that brightly blaze
swirling clouds in violet haze reflect in
Vincent’s eyes of China blue.
Colors changing hue
morning fields of amber grain
weathered faces lined in pain
are soothed beneath the artist’s
loving hand.
And now I understand what you tried to say to me
how you suffered for your sanity
how you tried to set them free.
They would not listen
they did not know how
perhaps they’ll listen now.

For they could not love you
but still your love was true
and when no hope was left in sight on that starry
starry night.
You took your life
as lovers often do ;
But I could have told you
Vincent
this world was never
meant for one
as beautiful as you.

Starry starry night
portraits hung in empty halls
frameless heads on nameless walls
with eyes
that watch the world and can’t forget.
Like the stranger that you’ve met
the ragged men in ragged clothes
the silver thorn of bloddy rose
lie crushed and broken
on the virgin snow.
And now I think I know what you tried to say to me
how you suffered for your sanity
how you tried to set them free.
They would not listen
they’re not listening still
perhaps they never will.

Publicités
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Intermède

  1. Cowboy dit :

    Message personnel :
    « Toundramante », les paragraphes 1, 2 et 3 sont à traduire pour la rentrée. On relèvera également les constructions verbales irrégulières dont les formes seront à connaître pour le 4 mai. A noter sur le cahier de textes.

  2. Tony Pirard dit :

    Voilá Cowboy! Tony du Brésil que vous dit… »aujourd’hui vous avez écrasé mon coeur…!
    Cette musique est simplesment beautiful,Wundebar,jolie,bonita! En dû moment je suis allé lancé à la Ville de Albi et Toulouse Lautrec était lá,depuis je me projéte à Paris pour voir Gauguin et fut trés diffícile de donner un stop à cette musique!!
    La lettre de la musique jolie,j’aimai!!!quand elle dit..
    « Colors changing hue
    Morning fields of amber grain
    And now I understand what you tried to say to me »

    Les photos sont jolie et fait moi voyager partout en France,mais je suis au Brésil ! Il est nécessaire avoir beaucoup de sensibilité pour comprendre la mélodie car They would not listen or perhaps they never will.
    Et je n’étais préoccupé pas pour la construction verbales aussi,parce que elle étais simplesment…Bonita!!

    Merci Ami Cowboy! aujourd’hui cet brésilien va dormir au son du chanson… « Vincent »

  3. Tony Pirard dit :

    Voilá Cowboy! aujourd’hui ici encore nous sommes au jour 12-04-07 !
    Quando a aurora chegar ficará sempre a lembrança de um dia feliz e mais uma alegria de ter completado uma jornada de felicidade.

  4. Cowboy dit :

    Absolument ravi d’avoir pu te faire plaisir. Je me sens meilleur ce soir 🙂 et vais, moi aussi, bien dormir. Bonne nuit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s