Le Petit Chose

Le Petit Chose est une chose posée. Le Petit Chose n’existe pas. Ou alors si peu. Le Petit Chose est un être de mots conformément au parti pris de « fiction » que nous nous fixerons aujourd’hui. Le Petit Chose est avant tout un personnage de récit. Un personnage improbable que nous nous efforcerons de rendre crédible et vivant par l’artifice de la narration.

Posons donc le Petit Chose et faisons-le exister. Abracadabra ! C’est parti !

Je tiens l’histoire -ici à peine modifiée- de… euh… mon voisin, M. A. Daudet, professeur de cosmonigologie au lycée professionnel Benjamin Castaldi de Perpelèche-Lez-Feugni que fréquente, précisément, le Petit Chose.

Petit Chose a 14 ans, 15 ans peut-être. C’est un bon élève, un « trèèèès » bon élève. Sa moyenne au second trimestre est de 15,37 !!! Elle lui a valu les « félicitations », à l’unanimité, du conseil de classe. Petit Chose est promis à un bel avenir.

Carrosserie_2Enfin… Non… Pas tout à fait… Pas vraiment… Car Petit Chose est en classe de 3ème DP (3ème « Découverte Professionnelle » pour les non-initiés). Les classes de 3ème DP -dont le mérite d’exister ne saurait être mis en doute- sont des classes à… disons… « public particulier » même si elles ne disposent pas de moyens spécifiques (ou adaptés selon le jargon syndical, toujours prompt à employer des mots qui font mal). 

Mais attention ! On n’accède pas comme ça en 3ème DP. Le recrutement y est hautement sélectif. Pour y entrer, il faut, au cours des trois premières années de collège, avoir fait la preuve de sa capacité à résister à toute forme d’abstraction et de son imperméabilité à tout message d’ordre pédagogique. De bons résultats, voire des résultats moyens en classe de quatrième constituent une contre-indication définitive et rédhibitoire à l’accès en 3ème DP. En revanche, des difficultés d’ordre familial et/ou social (contexte précaire, chômage, etc.) sont autant d’adjuvants susceptibles de favoriser une telle orientation.

En 3ème DP, on trouve également des élèves à « temps partiel », qui bénéficient de « parcours individualisés », en alternance (PIIM – « Parcours Individualisés d’Initiation aux Métiers » – à ne pas confondre avec la « Physique des Interactions Ioniques et Moléculaires » bien sûr). Ces élèves fréquentent le collège un ou deux jours par semaine et traquent, le reste du temps, au sein d’une entreprise partenaire, les manifestations hypothétiques de leur vocation future. Oui… euh… bien sûr… ça ne facilite pas leur intégration à la classe (ni la tâche des enseignants), mais… on n’a rien sans rien.

Spécificité, originalité ou discrimination positive au sein de ces classes, je ne saurais le dire. En tout cas, statistiquement, elles ne comptent aucun enfant de médecin ni de notaire. Des études sérieuses ont d’ailleurs montré que les fils de notaires avaient très tôt une vocation pour le droit, que les rejetons des disciples d’Hippocrate avaient de réelles aptitudes aux métiers de santé et que le « bleu de travail » était, pour les enfants de prolétaires, comme une seconde peau. C’est pas pour dire mais Dieu et sa grande pétasse, Dame Nature, ne se cassent pas trop le cul.

Mais revenons-en à Petit Chose. Comment se fait-il que ses performances cette année soient aussi remarquables ? Comment se fait-il qu’il obtienne d’aussi brillants résultats ?

A cela, plusieurs explications :

1- Petit Chose a changé. Petit Chose est désormais un élève attentif, sérieux, travailleur. Chaque fois qu’un professeur pose une question, qui laisse la plupart de ses camarades indifférents ou perplexes, les yeux de Petit Chose s’illuminent. Il regarde autour de lui, vaguement apeuré, un peu étonné de l’ignorance ambiante. Parfois, par pudeur (ou… peur des représailles), il tait la réponse. Parfois, il jette un regard de mendiant au professeur dans l’espoir qu’il l’interroge. Parfois aussi, il cède à la tentation, lève timidement la main et répond. Petit Chose donne toujours la bonne réponse.

2- Les élèves en situation difficile ou en échec scolaire ayant le monopole de ces classes, y briller devient possible pour l’élève moyen. Les exigences y sont moindres, les évaluations plus généreuses.

3- Et puis il est bien évident que chaque fois que certains de ses condisciples sont en garde à vue -pour de menus larcins et autres petits trafics-, Petit Chose en profite pour prendre de l’avance. Il est malin, Petit Chose.

Une chose est sûre cependant. Petit Chose n’est pas là par hasard. Et si ses résultats sont aujourd’hui brillants, cela n’a pas toujours été le cas. Non, non, non. Petit Chose a connu sa période de maigres vaches scolaires. Pensez donc ! Il n’aurait certainement pas bénéficié d’une telle orientation à coups de 15,37 de moyenne !

Que s’est-il passé pour que se produise, en quelques mois, un tel changement, une telle mutation ? La réponse est enfouie dans la tête et le coeur de Petit Chose, mais Petit Chose est peu disert et l’Institution a tellement d’autres soucis.

Et puis quand même ! Petit Chose a eu 14 ans pour faire ses preuves. Un bail, non ? Qu’il n’ait pas su en profiter, la belle affaire !… Il ne peut désormais s’en prendre qu’à lui-même.

Bien sûr… on aurait pu… enfin… on pourrait… Mais il est trop tard, Petit Chose ! Trop tard.

En 3ème DP -et comme le nom l’indique- des périodes de « découverte professionnelle » sont organisées tout au long de l’année scolaire. Cela signifie que, pendant un, deux ou trois jours, chacun se voit offert la possibilité de découvrir, par lui-même, au sein d’établissements professionnels, diverses formations de nature à l’intéresser. Ces « périodes » permettent à l’élève une évaluation in situ de tel ou tel métier et de choisir, en connaissance de cause, dans quel secteur d’activité il effectuera ses 53 prochains stages, décrochera son premier CNE, voire son premier CPE si un chef d’entreprise un peu audacieux se décide enfin à appliquer une loi qui, faut-il le rappeler, a bel et bien été publiée.

Carrosserie_1C’est à l’occasion d’une de ces périodes que Petit Chose a découvert la carrosserie. Il en est revenu conquis. C’est décidé, l’an prochain, il fera « carrosserie ». Une aubaine pour lui, comme pour l’établissement concerné dans la mesure où cette section est en perte de vitesse. La plupart de ses camarades ont aussi arrêté leur choix. Qui en mécanique, qui en motocycles, qui en chaudronnerie, qui en maçonnerie, etc.. Beaucoup parmi eux opteront plutôt pour « l’apprentissage ». Il paraît que c’est pas mal non plus. En tout cas, lorsque l’on n’a pas de tropisme particulier à l’égard des enseignements « fondamentaux » (Pardon ? Vous avez bien dit « fondamental » ?), c’est assurément un poids en moins. Et puis… pour apprendre un métier… rien ne vaut le terrain, sans compter que… pour corriger le galbe d’un capot, est-il besoin de connaître Voltaire ou le prétérit simple ?

C’est en lisant la déclaration suivante (déjà citée avant-hier) de l’ex-recteur Morvan que m’est venue en tête l’histoire de Petit Chose. C’est drôle les associations d’idées.

(La pire dérive de l’Education Nationale est) « l’économisme mal compris, vouloir produire des formations en adéquation absolue avec les métiers. Ce qui fait que quand il y a des mutations économiques ou technologiques, les gens sont jetés comme des mouchoirs en papier. Il faut dans l’enseignement un minimum de dimension généraliste même dans des filières axées sur les métiers. »

N’oubliez pas de changer d’heure.

CowboyCowboy

PS Avis : par pitié, qu’on ne vienne pas subodorer dans ce billet quelque condescendance à l’égard des métiers manuels, je pourrais le prendre mal.

Publicités
Cet article a été publié dans Education, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le Petit Chose

  1. Cowboy dit :

    Merci. j’espère aussi que ça vous a fait sourire parce que j’ai eu un peu de mal pour arriver à ne pas être, simplement, triste.

  2. Posuto dit :

    C’est bien dur d’être de gauche, surtout quand on n’est pas de droite… et qu’on est prof. Pouvez me croire…
    Beau billet, chapeauté du Centre-Ouest…
    RV

    Thank you, sir.

  3. … le Petit Chose vous doit un beau sourire pour être enfin mis à la Une de quelque chose…fut-ce un blog!!! (phrase pas du tout dénigrante, j’adore votre humour noir et rose??)

  4. Cowboy dit :

    Merci, « Jeune fille de son temps ».

    PS (private joke) euh… au fait… enfin… je veux dire… euh… le « patch booster » de… euh… ce que vous savez, ça marche alors ou pas ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s