Document sans titre

Des préoccupations d’ordre professionnel, subalternes et épouvantablement vulgaires, m’ont tenu ce soir éloigné de cet espace jusqu’à une heure tardive. C’était à prévoir. Il fallait que cela se produisît un jour en dépit d’un sens de l’organisation remarquable et d’une capacité de travail qui force l’admiration.

Il serait temps désormais que l’institution publique qui m’emploie comprît que j’ai rendu suffisamment de services à mon pays et cessât, par un entêtement stupide, de solliciter des talents qui fussent mieux employés ailleurs.

Je comptais en effet ce soir en finir avec Bayrou et me vois contraint de surseoir. C’est d’autant plus dommage que ma chronique d’hier, par sa feinte outrance, pouvait laisser subodorer soit une quasi tendresse à l’égard du leader centriste, soit le sentiment que je le tiens pour quantité négligeable. Il n’en est rien.

Si son irrésistible ascension ne m’inquiète guère, elle m’agace profondément et la « tentation Bayrou » me paraît symptomatique de l’état de délabrement de la conscience politique de nombre de mes contemporains.

Comme dirait Hannibal Lektor, I’ll be back on the case. Soon…

CowboyCowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s