Tocqueville

Je voudrais revenir sur mon dernier message publié hier, à une heure fort tardive. Je m’apprêtais à éteindre l’ordinateur lorsque j’ai reçu de J., par e-mail, un lien vers le site « Daily Motion » assorti de ce commentaire :

« Institutrice avec Montebourg mais mauvaise élève sur RMC. Et tu veux lui donner le code ? » Signé : J.

J’ai cliqué sur le lien et je suis tombé sur un document vidéo du jour (puisque daté du 25/01/07), mettant en scène Ségolène Royal et le journaliste Jean-Jacques Bourdin sur RMC. Ce dernier recevait la candidate sur sa tranche matinale de 8h20 à 9h. Dans le court extrait proposé, on devine qu’il est question du dossier « Défense ».  

Jean-Jacques Bourdin pose une question : « Alors, on parle d’indépendance nationale… Avons-nous besoin d’autant de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) ? ». On sent Ségolène Royal un peu gênée aux entournures. Elle tente maladroitement d’éluder la question. L’autre a vu la faille. Son professionnalisme l’oblige à museler son tact et son élégance. Il décide au même instant qu’il ne la lâchera plus. Il reformule la question : « On en a combien, tiens, à propos… Ségolène Royal, on en a combien de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins.. aujourd’hui ? » Il ponctue sa question d’un coup d’oeil panoramique. Doit y avoir du monde autour. Rictus qui semble dire « Je la tiens, vous allez voir ce que vous allez voir, à la fin de l’envoi, je touche » (Pardon le Gascon, tu avais une autre classe). Ségolène Royal avait là l’occasion de rétablir l’ordre juste, de le renvoyer dans les cordes. Elle ne la saisit pas. Elle panique. Elle bredouille maintenant, baisse la tête : « On en a… 1… ? ». Soudain, on a envie de l’aider (mais p…., il t’a dit « en a-t-on besoin d’autant… », la réponse peut pas être « 1 », bon sang ! Réfléchis ! ou plutôt dis-lui merde !). Il fronce les sourcils, secoue la tête comme un instituteur agacé. En même temps, il jubile. « 2… ? » tente-t-elle pour éviter le zéro pointé à faire signer par les parents. « Non, non, nous en avons 7 » assène-t-il. « Oui, 7… Bon… » répond-t-elle docilement, tête basse, en se grattant l’arête du nez. Il aurait dit 20, 100, 10000, elle aurait dit amen. C’était à lui de décider (d’ailleurs il se trompe itou puisque la France a 4 SNLE, auxquels s’ajoutent six sous-marins nucléaires d’attaque). Il enchaîne, grand seigneur. Il sait qu’il vient de faire la « une » des prochains JT, qu’il aura droit au « zapping », et que pendant 15 jours, il suffira de taper « Ségolène Royal RMC » dans Google pour que son nom à lui (peut-être parfois orthographié « boudin » ou mieux, « gredin ») apparaisse. Il est content, il est fier, il vient peut-être même d’avoir une petite érection. Voilà pour les faits, à peine commentés (bon, un peu sur la fin).

Pourquoi tous ces détails ? Il serait plus simple d’envoyer le lecteur directement vers le lien dont je parlais dans le précédent message. Mais j’ai indiqué aussi les raisons qui m’avaient conduit à le retirer de ces pages. Il est de toute façon facile de retrouver le document qui traîne maintenant un peu partout (magie… miracle… d’Internet… hum). Ce que je crois savoir en effet, c’est que le premier à envoyer cet extrait sur Daily Motion est le webmaster d’un site d’extrême droite (j’allais dire « de la pire espèce », comme s’il en existait d’autres). Vieux réflexe d’internaute citoyen, je n’avais pu me contenter de simplement ricaner à cette énième bourde. J’avais voulu remonter à la source. Rien de plus facile puisque le généreux donateur fournissait l’adresse de sa « déchetterie virtuelle ». Vivement le jour ou Internet diffusera aussi les odeurs. Ce genre d’endroit deviendra inabordable, inaccessible. Je ne décrirai pas le site en question dont on devine assez facilement le contenu : éructations et vomissures en tout genre (e. g. l’interview, caressante, de cette représentante d’une association d’extrême droite qui a tenté d’organiser des distributions de « soupe au cochon » aux sans-abri). Quant aux commentaires des lecteurs, c’est l’pompon. On se lâche. Au terme d’une rapide enquête sur le webmaster, j’apprenais que son précédent site avait été fermé en raison de ses débordements. Celui-ci en exhale les remugles.

Un instant, j’avoue que ça m’a fait drôle de rire des mêmes choses que ces crapules. Qu’on se rassure, un instant seulement. Tocqueville peut bien avoir écrit (et je crains que ce soit terriblement vrai) qu’en politique, la communauté des haines fait presque toujours le fond des amitiés (cité hier, en commentaire, par un Québécois que je salue au passage), je crois être loin de toucher ce fond-là (d’autant plus que je ne fais jamais dans la haine).

Que Ségolène Royal soit brocardée par des fachos ne la rend pas plus sympathique, ni plus tolérable les preuves quotidiennes qu’elle donne de l’incompatibilité définitive entre ses ambitions et sa dimension politique personnelle. D’autant plus que les rares fois où j’entrevois dans la gangue pâteuse de son élocution les traces de ce qui pourraient ressembler à des idées, celles-ci s’accommodent mal de celle que je me fais du socialisme, voire même de la démocratie. La « démocratie participative » qu’elle promeut n’apporte aucune garantie démocratique supplémentaire et pourrait même, à terme, menacer la démocratie même*. A mon sens, un tel système ferait rapidement la part belle aux associations, corporatismes et autres lobbies. Il marquerait la fin du/de la politique. Comme dit J., plus besoin de faire de la politique, y a Internet… donnez-nous votre avis, cochez ici et cliquez « Envoyer ». 

Ainsi donc ne plaindrai-je pas Ségolène Royal des attaques dont elle est la cible quotidienne. Qu’elle tombe à pieds joints dans les chausse-trappes qu’on a préparées pour elle, peu me chaud et bien fait pour sa gueule. L’avait qu’à y penser avant, qu’elle avait pas la carrure. Avant que la machine à perdre ne s’emballe. Car tout porte à croire qu’on n’a pas encore tout vu ni tout entendu étant donné qu’elle se comporte de plus en plus comme ces mauvais élèves auxquels on envoie une telle image de cancre qu’ils se livrent spontanément à de véritables surenchères. Vous attendez une perle, ils vous servent le collier. Il reste trois mois et m’est avis qu’il va falloir passer à une nouvelle génération de serveurs « grande capacité » pour héberger toutes les vidéos de ses futures bourdes. Et pas de « non à l’acharnement ! » s’il vous plaît. Elle n’a que ce qu’elle mérite.

Mais une dernière chose encore : sans être un chantre de la parité, je verrais toutefois d’un assez bon oeil qu’on rétablît une forme d’ordre juste ou de juste équilibre en traitant avec la même sévérité implacable son concurrent le plus direct. Les élans messianiques de Nicolas que je citais l’autre jour : « Je sais ce qu’il faut pour la France. Je le ressens. Je le porte en moi » ou « Le moment venu, j’irai tout seul vers les Français », quoique ne portant pas préjudice à la correction de la langue sont autant d’injures à l’intelligence et mériteraient la même condescendance, les mêmes sourires, les mêmes ricanements. Et je ne parle pas de son lapsus (cf. article du 23/01/07) « J’entends mettre au service de l’injustice davantage de moyens ». Pas mal non plus, non ? Or, tandis qu’il navigue entre lapsus (dont on sait ce qu’ils valent) et ridicules envolées mystiques, on s’entête à le traiter comme un candidat sérieux, crédible. Il serait temps que ceux qui font leur fonds de commerce des ségolinades se décidassent à dénoncer le populisme et l’inculture crasse de son adversaire.

* pour se rafraîchir les concepts de « démocratie représentative vs démocratie participative », consulter le site du Cercle Condorcet.

CowboyCowboy

Publicités
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Tocqueville

  1. Cowboy dit :

    Comment ça, je serai loin ? Est-ce à moi que ce discours s’adresse 🙂
    Je ne suis de toute façon jamais loin de nulle part. En tout cas pas de Paris City car, Amba, 🙂 le cheval de fer m’y conduit en 3 heures et je m’y rends régulièrement. Mon fils a un ranch dans le 7ème.
    Bien cordialement,
    Pan, pan ! (pas d’risque, je tire en l’air).

    PS Bon, j’suppose qu’il faut que j’aille voir ce lien.

  2. Damien dit :

    Comme à son habitude Ségo élude les questions des journalistes. Je vois que vu son incompétence vous lui suggérez d’imposer l’ordre juste, d’envoyer balader les journalistes et de les traiter tous de machos…
    Après tout vous devez avoir raison elle n’aura pas d’autres moyens de s’en sortir face à Sarkozy qui lui connait bien tous les dossiers si elle ne se dégonfle pas une fois de plus et refuse les débats directs comme face à DSK et Fabius.
    Cette femme est une vraie tache…

  3. Cowboy dit :

    damien,

    Juste une petite précision même si votre intervention ressemble davantage à un « cri du coeur » qu’à un argumentaire : je n’ai jamais émis l’hypothèse que les journalistes pussent être tous des machos. Vous me l’apprenez.
    Maintenant, pour ce qui est du coeur, j’en fais personnellement une utilisation moins politique. Pour cette dernière, essayez la tête un de ces jours et vous verrez…
    Cordialement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s